jeudi 24 septembre 2020 05:26:01

Le ministre des AE du Lesotho à Alger

Le ministre des Affaires étrangères du Royaume du Lesotho, M. Mohlabi Tsekoa, est arrivé hier, à Alger pour prendre part aux travaux de la 1re session de la commission mixte algéro-lesothane.

PUBLIE LE : 14-02-2011 | 18:51
D.R

Le ministre des Affaires étrangères du Royaume du   Lesotho, M. Mohlabi Tsekoa, est arrivé hier, à Alger pour prendre part aux travaux  de la 1re session de la commission mixte algéro-lesothane.           
Le ministre du Lesotho a été accueilli à son arrivée à l'aéroport international Houari-Boumediene par le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel.           
M. Mohlabi Tsekoa co-présidera avec M. Messahel les travaux de cette  session qui sera sanctionnée par la signature de plusieurs accords de coopération.

M. Tsekoa se félicite du développement des relations entre l'Algérie et le Lesotho

Le ministre des Affaires étrangères du Royaume du  Lesotho, M. Mohlabi Kenneth Tsekoa, s'est félicité hier à Alger du développement  qu'ont connu les relations entre son pays et l'Algérie ces dernières années,  estimant que la tenue de la 1re session de la commission mixte de coopération  permettra de renforcer davantage ces relations.           

"Les relations entre l'Algérie et le Lesotho existent depuis quelques  années déjà et elles ont été renforcées au fil du temps grâce aux efforts du  Président Abdelaziz Bouteflika et du Premier ministre du Lesotho", M. Pakalitha  Mosisili, a déclaré M. Tsekoa à son arrivée à Alger.           
Il a ajouté que les deux pays examinent actuellement les moyens de "renforcer davantage cette coopération dans les secteurs de l'éducation,  l'agriculture, la défense et autres".          
Il a relevé, à ce sujet, qu'il procèdera avec le ministre délégué chargé  des Affaires africaines et maghrébines,
M. Abdelkader Messahel, à la signature  d'un accord de coopération permettant de consolider les relations bilatérales.          
M. Tsekoa s'est félicité, en outre, de la coopération existant entre  l'Algérie et le Lesotho au sein de l'Union africaine (UA), du mouvement des  pays non-alignés et des Nations unies. "Nous avons la même vision, les mêmes principes et nous luttons pour  un monde plus juste, plus équitable ou il y aurait davantage de coopération  entre tous les peuples et gouvernements", a-t-il souligné.          
"Nous luttons également pour la démocratisation et pour cela nous avons  dans le cadre de l'UA un mécanisme de révision par les paires à travers lequel  les pays coopèrent de manière volontaire et se remettent en question eux-mêmes",  a-t-il indiqué.           
Le ministre des Affaires étrangères du Royaume du Lesotho est arrivé  à Alger pour prendre part aux travaux de la 1ère session de la commission mixte  qu'il coprésidera avec M. Messahel.           
Les travaux de cette session sera sanctionnée par la signature de plusieurs  accords de coopération.


Entretien avec M. Medelci

Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci,  a reçu hier à Alger son homologue du Royaume du Lesotho, M. Mohlabi Kenneth  Tsekoa.          
M. Tsekoa est en visite à Alger dans le cadre de la tenue de la 1re session de la commission mixte algéro-lesothane.          
Il s'était félicité dans une déclaration à la presse à son arrivée à  Alger du développement qu'ont connu les relations entre son pays et l'Algérie  ces dernières années, estimant que la tenue de la 1re session de la commission  mixte de coopération permettra de renforcer davantage ces relations.


Création de la commission mixte de coopération : L’accord signé hier à Alger 

Un accord a été signé hier à Alger pour la création d'une commission mixte de coopération bilatérale entre l'Algérie et le royaume  du Lesotho.          
L'accord a été signé par le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel et le ministre des Affaires étrangères du Royaume du Lesotho, M. Mohlabi Kenneth Tsekoa.         
 La création de cette commission est à même de définir un cadre légal  de coopération entre les deux pays et d'asseoir des bases au processus de coopération,  à travers la réalisation de projets définis, d'un accord commun, par les deux  pays, a déclaré M. Messahel.         
 M. Mohlabi Kenneth Tsekoa a affirmé, pour sa part, que l'Algérie et  le Lesotho sont appelés à renforcer des domaines de coopération pour la hisser au niveau des "relations historiques exceptionnelles" entre les deux pays.         
 Il a mis l'accent sur le rôle de l'Algérie dans la libération du peuple  du Lesotho de la politique de discrimination raciale, soulignant la nécessité  d’œuvrer pour la promotion et le développement de la coopération bilatérale.          
La tenue de la première session de la commission mixte sera l'occasion  pour examiner les domaines de coopération entre les deux pays et de se concerter  autour des questions intéressant le continent africain, dont celles relatives  au développement, à la paix et à la sécurité.
 


M. Abdelkader Messahel :“La création de la commission mixte est une nouvelle étape dans le développement des relations bilatérales”   

Le ministre délégué chargé des Affaires   africaines et maghrébines M. Abdelkader Messahel a affirmé hier à Alger  que la création de la commission mixte entre l'Algérie et le Royaume du  Lesotho était "une nouvelle étape" dans le développement des relations   traditionnelles basées sur la fraternité et la solidarité entre les deux pays.            
Lors de l'ouverture de la première session de cette commission   co-présidée avec le ministre des affaires étrangères du Royaume du Lesotho M. Mohlabi Kenneth Tsekoa, M. Messahel a indiqué que les relations entre les  deux pays tiraient "leur essence et leur solidité de la lutte historique de  nos deux peuples pour l'indépendance" et de "leur ferme soutien et leur engagement envers la question de la décolonisation en Afrique et pour la   libération de ses peuples".            
La tenue de cette première session, a-t-il dit,  "nous offre l'opportunité  d'envisager de nouvelles perspectives de coopération dans le sens de  la consolidation des relations fraternelles entre nos deux pays". La partie  algérienne, a-t-il souligné, a "proposé un projet de mémorandum de concertation  politique entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays qui sera  soumis au débat lors de cette session et signé à la fin des travaux".  M. Messahel a réitéré, à cette occasion, la disponibilité de la partie  algérienne de discuter les projets et les mémorandum d'entente dans les   domaines agricole, commercial, de l'enseignement supérieur et la recherche scientifique, la formation professionnelle ainsi que l'examen de toute proposition  formulée par le royaume du Lesotho dans le but de renforcer et d'enrichir le  cadre juridique de la coopération entre les deux pays.             
Le ministre a appelé les représentants des deux parties à "discuter  et à examiner les propositions de chacune des délégations avec réalisme et   pragmatisme en favorisant l'approche fraternelle et solidaire ainsi que l'entente  mutuelle".             
Il a insisté sur l'importance de traiter toutes les propositions avec "un esprit ouvert sur tous les moyens et aspects de la coopération y  compris dans les domaines militaire et sécuritaire en exploitant toutes les  voies de complémentarité entre les économies des deux pays".             
Aussi, a-t-il poursuivi, "nous avons veillé à ce que la délégation  algérienne soit représentative au niveau de tous les secteurs   de manière à englober tous les domaines concernés par la coopération".             
"Cette rencontre offre l'opportunité d'une concertation  politique entre les deux pays et l'examen de questions politiques régionales  d'intérêt commun", a-t-il souligné, évoquant en particulier celles relatives  au règlement des conflits dans le continent  "dont le conflit au Sahara occidental,  la situation en Côte-d'Ivoire, en Somalie et d'autres questions en relation  avec la sécurité et la stabilité en Afrique".            
Le ministre des Affaires étrangères du Lesotho a, pour sa part, affirmé  l'importance de la création de cette commission, la considérant comme "un   cadre idéal à même de hisser la coopération bilatérale au niveau des relations  politiques excellentes qui lient les deux pays".           
Il a estimé que la coopération entre l'Algérie et le Royaume du Lesotho  peut englober de nombreux domaines dont l'agriculture, les échanges commerciaux,  les ressources humaines, l'éducation, la formation professionnelle et la  recherche scientifique outre la coopération dans les domaines de la défense  et la sécurité.            
Il a exprimé la disponibilité de son pays à donner "une forte impulsion" "à cette coopération afin qu'elle soit "plus développée et diversifiée" au service  des intérêts des deux peuples et des deux pays.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions