samedi 19 septembre 2020 00:32:15

Galerie Mohamed Racim éxposition du peintre Adnane Mustapha en hommage au défunt peintre Nadji Al Ali : Un regard engagé sur la lutte du peuple palestinien

Près d’une soixantaine de tableaux sont exposés depuis jeudi dernier à l’occasion du vernissage du laborieux travail artistique du peintre algérien Adnane Mustapha qui s’est inspiré du célèbre caricaturiste palestinien Nadji Al Ali en puisant dans les profondeurs et les techniques utilisées par le journaliste qui avait reçu à titre posthume le prix Golden Pen of Freedom en 1988 pour l’ensemble d’une œuvre écrite et dessinée qui comptait plus de 40000 dessins de presse.

PUBLIE LE : 12-02-2011 | 18:14
D.R

Près d’une soixantaine de tableaux sont exposés depuis jeudi dernier à l’occasion du vernissage du laborieux travail artistique du peintre algérien Adnane Mustapha qui s’est inspiré du célèbre caricaturiste palestinien  Nadji Al Ali  en puisant dans les profondeurs  et les techniques utilisées par le journaliste qui avait reçu à titre posthume le prix Golden Pen of Freedom en 1988 pour l’ensemble d’une œuvre écrite et dessinée qui comptait plus de 40000 dessins de presse.

Lors de l’inauguration de cette exposition en présence de l’illustre sculpteur, céramiste qui fut à l’indépendance Secrétaire général de l’union des arts plastiques et membre du mythique groupe Aouchem,  Mr Adnane Mustapha  et de quelques invités ,on aura remarqué la foisonnante liste de tableaux offerts au regard des spectateurs, une liste longue de témoignages engagés sur la question palestinienne en premier lieu et des problèmes épineux qu’elle a engendrés dans les différents points chauds du globe notamment les pays arabes. Cette exposition qui se veut être un hommage au dessinateur palestinien disparu en 1988 par l’artiste algérien est la rencontre artistique convergeant vers la même éthique et esthétique : «Ils ont tous les deux les mêmes options et font un travail tout à fait patriotique qui va dans la même orientation, celle qui milite en faveur des causes arabes.» souligne Mr Arroussi directeur de la galerie  avant d’ajouter «Tous ces dessins nous explicitent ce qui se passe dans le monde actuel et que l’on ne comprend pas, chacun étant affairé dans son petit département, on n’a pas le temps de réaliser vraiment ce qui se passe.
On nous fait voir des images, des situations sans que cela soit orienté dans le bon sens,  le sens des combats réels des peuples qui veulent de la liberté, de la justice, des avancées. Lorsque vous regardez ce qui se passe en Afghanistan, en Palestine occupée ou encore en Irak, c’est très difficile de savoir quels sont les tenants et les aboutissants» affirme-t-il. Cette exposition vient justement à point nommé pour nous montrer la vision clairvoyante de ces deux artistes, une vision dira-t-il forte  et qui oriente le public sur  de bonnes bases  dans un sens juste et «faire connaître cette vérité grandie par notre apport. L’ensemble de ces dessins ont une conception très engagée et objective et montre dans sa nudité la réalité du monde car la cause palestinienne est le clou des problèmes actuels au Proche-Orient. Tout ce qui se passe sous les yeux de l’occident, de l’O.N.U et de toutes les instances internationales nous montre l’hégémonie d’Israël et des U.S.A sur le monde arabe et le pétrole.» explique-t-il.     
Mr Adnane Mustapha nous éclairera sur l’aspect  politique de cette exposition basée selon lui sur le thème de la révolte à commencer parcelle vécue par l’artiste palestinien assassiné en 1987 qui était un homme profondément révolté et meurtri et dont le peintre algérien   a épousé la lutte.
IL nous précise que ces tableaux ne représentent pas des caricatures mais des dessins : «La caricature a sa signification , elle n’est pas perpétuelle mais immédiate, elle se consomme et puis se jette tandis que mes dessins sont des dénonciations à l’instar de la musique, de la poésie» a-t-il déclaré en soulignant le caractère engagé du peintre palestinien qui dénonçait la mainmise d’Israël sur la culture du peuple palestinien spolié de ses terres.   Reprenant à son compte le personnage de «Hanthala» qui avait fait le succès des caricatures de l’artiste défunt, un personnage qui tourne le dos au spectateur pour l’inviter à regarder la tragédie de son peuple qui n’en finit pas de mourir : «Actuellement on érige des murs alors que même le mur qui sépare le Mexique de l’Amérique et qui fait huit mètres n’est pas comme le mur  qui découpe la Palestine au milieu des villages et des agglomérations, il y a tous ces barbelés et ces miradors qui engendraient le racisme.» a-t-il affirmé avant de commenter ses dessins comme «une véritable diffusion de moments de ces palestiniens qui vivent le martyre. Si  Nadji Al Ali a été assassiné c’est parce que ses gravures, tout son art a porté ses fruits,cela démontre que  c’est par la culture que l’on montre l’existence d’un peuple, toute une conception culturelle qui montrait des palestiniens sous leur vrai visage et non comme un peuple sauvage.» insiste-t-il.
L’exposition de l’artiste polyvalent au vu de sa notice biographique , Adnane Mustapha est ouverte au public depuis le 10 Février et se poursuivra jusqu’au 28 de ce mois.
Lynda Graba

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions