mardi 20 octobre 2020 09:28:32

L'Algérie peut à moyen terme réaliser des taux de croissance supérieur à 10%

Une politique économique axée sur l'amélioration de la qualification des ressources humaines et l'efficience du management des entreprises devrait permettre à l'Algérie de réaliser, à moyen terme, des taux de croissance supérieurs à 10%, a affirmé, hier à Alger, l'expert économiste Abdelhak Lamiri.

PUBLIE LE : 13-05-2014 | 23:00
D.R

Une politique économique axée sur l'amélioration de  la qualification des ressources humaines et l'efficience du management des entreprises  devrait permettre à l'Algérie de réaliser, à moyen terme, des taux de croissance  supérieurs à 10%, a affirmé, hier à Alger, l'expert économiste Abdelhak Lamiri.  

"Cette perspective n'est pas illusoire, pour peu que les pouvoirs publics  optent pour une nouvelle stratégie économique, à l'occasion de l'élaboration  du prochain plan quinquennal 2015-2019", a-t-il déclaré sur les ondes de la Radio nationale. Analysant le communiqué du Conseil des ministres, tenu le 7 mai dernier,  M. Lamiri a relevé deux points essentiels et "éminemment positifs" selon lui : le premier concernant les instructions du Chef de l'Etat pour l'organisation de concertations nationales et locales à l'occasion de l'élaboration du Programme  2015-2019, le second étant relatif à la nécessité de tirer les leçons des erreurs du passé. Pour cet économiste, les pouvoirs publics semblent ainsi avoir pris  conscience que la construction d'une économie diversifiée et compétitive passe  par la définition d'une nouvelle stratégie de développement. A ce titre, parmi les actions prioritaires à engager pour améliorer les performances de l'économie nationale, cet expert a souligné, d'une part, "la nécessité d'améliorer le niveau de qualification des ressources humaines en vue de les hisser au niveau des standards internationaux et d'autre part, l'urgence à engager la modernisation du management des entreprises et administrations  publiques". Pour M. Lamiri l'essor de l'économie nationale passe par le développement d'une économie du savoir.
"Il faut créer des passerelles entre l'entreprise et l'université en impulsant les activités de recherche/développement", a-t-il  préconisé. Evoquant le cadre d'élaboration du prochain quinquennat, cet expert a estimé que ce plan qu'il qualifie "de plan de la dernière chance" doit faire l'objet de la plus large concertation. "Le programme 2015-2019 devrait être soumis non seulement aux partenaires sociaux, mais aussi aux ONG et autres experts relevant de la société civile", a-t-il ainsi suggéré ajoutant "qu'une articulation devrait être recherchée entre la planification au niveau local (commune et wilaya) et le niveau national".
Plaidant pour une large décentralisation de la décision économique,  cet expert a, par ailleurs, relevé que l'Algérie gagnerait à s'inspirer de certaines expériences réussies à travers le monde citant le cas de la Chine où près de  60% des exportations sont réalisées par des entreprises locales créées par les communes.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions