mardi 22 septembre 2020 23:55:46

L’apport de la science à la lutte contre le crime : 27 meurtres élucidés par le laboratoire scientifique de la DGSN en mars

Ces dernières années, personne ne peut contester l’avancée en matière de modernisation de la police en matière de lutte contre la criminalité sous toutes ses facettes.

PUBLIE LE : 22-04-2014 | 23:00
D.R

Ces dernières années, personne ne peut contester l’avancée en matière de modernisation de la police en matière de lutte contre la criminalité sous toutes ses facettes.

La mise en service du laboratoire scientifique, utilisant des données d’ADN, d’empreintes digitales et de la balistique ont permis à la police algérienne d’enregistrer des résultats probants contre le crime qui ne cesse de prendre des proportions alarmantes.
Les méthodes policières sont en constante évolution. A ce sujet, le commissaire divisionnaire Djilali Boudalia, directeur de la communication et de l’information à la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) affirmera que le « laboratoire central de la police scientifique et technique d’Alger ainsi que les laboratoires régionaux de Constantine et d’Oran dotés de moyens technologiques de pointe, ont un rôle important dans la lutte contre le crime, la résolution des affaires complexes et l’identification des mis en cause dans ces mêmes affaires d’atteintes aux personnes et aux biens ». Il a également mis en avant « l’intérêt accordé par la DGSN aux laboratoires de la Police scientifique en les dotant des dernières technologies en matières d’outillages et l’intensification de la formation au sein des rangs de la police ».
En termes de chiffres, les auxiliaires de la justice de la sûreté nationale ont réussi, durant le mois de mars dernier, à résoudre 27 affaires d’homicides volontaires avec préméditation et des coups et blessures volontaires (CBV) ayant entraîné la mort, enregistrées à travers le territoire national.
Le taux de résolution selon notre source, est de plus de 87% puisque sur un total de 31 affaires judiciaires 4 uniquement restent non encore élucidées. S’agissant des cas d’homicides volontaires, les experts en criminalistique ont traité 19 affaires de meurtre dont 15 élucidés grâce aux analyses ADN et au prélèvement d’empreintes sur les scènes de crime.
 « Les différentes enquêtes ont permis par la même occasion de mettre la main sur 39 individus impliqués, lesquels ont été présentés devant le parquet avec la présentation de preuves scientifiques », indiquera Djilali Boudalia. Pour ce qui est des affaires de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort, le haut cadre de la DGSN précisera qu’il a été comptabilisé 12 affaires durant la même période et dont le traitement a permis d’arrêter 27 mis en cause qui ont été présentés devant les instances judiciaires compétentes. Ces mêmes individus confrontés aux preuves scientifiques ont nié leur implication directe. A ce sujet « les analyses ADN et le prélèvement des empreintes digitales ont énormément contribué à l’élucidation d’un nombre important d’affaires criminelles en identifiant les personnes impliquées », a ajouté le responsable de la communication à la DGSN.

386 affaires élucidées par l’AFIS (février-mars)

Par ailleurs, les services de la police judiciaire de la DGSN ont réussi à élucider 186 affaires criminelles d’atteinte aux personnes et aux biens, en mars 2014 grâce au système automatisé d’identification des empreintes digitales (AFIS), 39 affaires parmi les 186 traitées ont été élucidées par les experts en criminologie, spécialisés dans les analyses d’empreintes.
Dans ce contexte les services d’identification de la Sûreté nationale, implantés à travers les 48 wilayas, ont traité 147 affaires.
« Les experts » de la police ont résolu plusieurs affaires criminelles grâce au système AFIS. Ces techniques ont permis, l’identification et l’arrestation des individus présumés impliqués dans plusieurs affaires criminelles, dont le vol de voitures, la falsification et l’usage de faux ainsi que les agressions.
Dans le même ordre d’idées, les enquêteurs ont réussi à élucider 200 affaires criminelles d’atteinte aux personnes et aux biens au niveau national durant le mois de février 2014. 45 affaires parmi les 200 traitées ont été élucidées par les experts en criminologie, spécialisés dans les analyses d’empreintes, du laboratoire central de la police scientifique.  Par ailleurs, les services d’identification de la Sûreté nationale ont traité 155 affaires à travers le territoire national.
Mohamed Mendaci

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions