mardi 22 septembre 2020 20:16:41

Energies renouvelables : Un vaste programme à l’horizon

Réduire les besoins en gaz naturel qui seront de l’ordre de 45 milliards de m3 en 2020

PUBLIE LE : 20-04-2014 | 23:00
D.R

L’Algérie amorce une dynamique d’énergie verte en lançant un programme ambitieux de développement des énergies renouvelables et d’efficacité énergétique. Cette vision du gouvernement algérien s’appuie sur une stratégie axée sur la mise en valeur des ressources inépuisables comme le solaire et leur utilisation pour diversifier les sources d’énergie et préparer l’Algérie de demain.
  Grâce à la combinaison des initiatives et des intelligences, l’Algérie s’engage dans une nouvelle ère énergétique durable. Le programme consiste à installer une puissance d’origine renouvelable de près de 22.000 MW entre 2011 et 2030 dont 12.000 MW seront dédiés à couvrir la demande nationale en électricité et 10.000 MW à l’exportation. L’exportation de l’électricité est toutefois conditionnée par l’existence d’une garantie d’achat à long terme, de partenaires fiables et de financements extérieurs.  A la faveur de ce programme, les énergies renouvelables se placent au cœur des politiques énergétique et économique menées par l’Algérie : d’ici 2030, environ 40% de la production d’électricité destinée à la consommation nationale sera d’origine renouvelable. En effet, l’Algérie compte se positionner comme un acteur majeur dans la production de l’électricité à partir du solaire photovoltaïque et du solaire thermique qui seront les moteurs d’un développement économique durable à même d’impulser un nouveau modèle de croissance.
Le potentiel national en énergies renouvelables étant fortement dominé par le solaire, l’Algérie considère cette énergie comme une opportunité et un levier de développement économique et social, notamment à travers l’implantation d’industries créatrices de richesse et d’emplois. Comparativement, les potentiels en éolien, en biomasse, en géothermie et en hydroélectricité sont beaucoup moins importants. Cela n’exclut pas pour autant le lancement de nombreux projets de réalisation de fermes éoliennes et la mise en œuvre de projets expérimentaux en biomasse et en géothermie.
Les capacités à installer par domaine d’activité énergétique ; le programme d’efficacité énergétique ; les capacités industrielles à développer pour accompagner le programme ; la recherche et développement ; les mesures incitatives et règlementaires.
Le programme inclut la réalisation, d’ici 2020, d’une soixantaine de centrales solaires photovoltaïques et solaires thermiques, de fermes éoliennes et de centrales hybrides.
Les projets énergies renouvelables de production de l’électricité dédiés au marché national seront menés en trois étapes.

Réduire les besoins en gaz naturel qui seront de l’ordre de 45 milliards de m3 en 2020
La première étape qui a été entamée entre 2011 et 2013, a été consacrée à la réalisation de projets pilotes pour tester les différentes technologies disponibles. La seconde étape, en 2014 et 2015, sera marquée par le début du déploiement du programme et la  dernière étape, de 2016 à 2020, sera celle du déploiement à grande échelle.
Ces étapes consacrent la stratégie de l’Algérie qui vise à développer une véritable industrie du solaire associée à un programme de formation et de capitalisation qui permettra, à terme, d’employer le génie local algérien et d’asseoir un savoir-faire efficient, notamment en matière d’engineering et de management de projets. Le programme des énergies renouvelables pour les besoins d’électricité du marché national, permettra la création de plusieurs milliers d’emplois directs et indirects.
Aujourd’hui, les besoins énergétiques de l’Algérie sont satisfaits, presque exclusivement, par les hydrocarbures, notamment le gaz naturel, énergie la plus disponible. Il n’est donc fait appel aux autres formes d’énergie que lorsque le gaz ne peut pas être utilisé. A long terme, la reconduction du modèle national de consommation énergétique actuel peut rendre problématique l’équilibre offre-demande pour cette source d’énergie.
Les niveaux des besoins en gaz naturel du marché national seraient de l’ordre de 45 milliards de m3 en 2020 et 55 milliards de m3 en 2030. A ces besoins s’ajoutent les volumes dédiés à l’exportation, dont les revenus contribuent au financement de l’économie nationale.
De même, la production d’électricité devrait se situer entre 75 à 80 TWh en 2020 et entre 130 à 150 TWh en 2030. L’intégration massive du renouvelable dans le mix énergétique constitue en ce sens un enjeu majeur en vue de préserver les ressources fossiles, de diversifier les filières de production de l’électricité et de contribuer au développement durable.
L’Algérie s’engage avec détermination sur la voie des énergies renouvelables afin d’apporter des solutions globales et durables aux défis environnementaux et aux problématiques de préservation des ressources énergétiques d’origine fossile.
Ce choix stratégique est motivé par l’immense potentiel en énergie solaire. Cette énergie constitue l’axe majeur du programme qui consacre au solaire thermique et au solaire photovoltaïque une part essentielle. Le solaire devrait atteindre d’ici 2030 plus de 37% de la production nationale d’électricité.
Malgré un potentiel assez faible, le programme n’exclut pas l’éolien qui constitue le second axe de développement et dont la part devrait avoisiner les 3% de la production d’électricité en 2030.
L’Algérie prévoit également l’installation de quelques unités de taille expérimentale afin de tester les différentes technologies en matière de biomasse, de géothermie et de dessalement des eaux saumâtres par les différentes filières d’énergie renouvelable.
Wassila Benhamed
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions