mercredi 23 septembre 2020 13:34:52

Ali Fawzi Rebaine : Le changement radical, un leitmotiv

Le changement radical à tous les niveaux de l'Etat, a été le leitmotiv du candidat Ali Fawzi Rebaïne, qui a prôné, durant sa campagne électorale, une révision constitutionnelle garantissant un Etat de droit et de justice sous la conduite de jeunes compétents issus de la génération post-indépendance.

PUBLIE LE : 14-04-2014 | 23:00
D.R

Le changement radical à tous les niveaux de l'Etat, a été le leitmotiv du candidat Ali Fawzi Rebaïne, qui a prôné, durant sa campagne électorale, une révision constitutionnelle garantissant un Etat de droit et de justice sous la conduite de jeunes compétents issus de la génération post-indépendance.
Candidat du parti Ahd 54, Rebaïne a, tout au long de ses meetings ne dépassant pas 30 mn, soutenu que la concrétisation de ce changement est tributaire de la contribution de tous les pans de la société, y compris l'opposition à qui «il faudrait donner une chance de s'exprimer de manière pacifique et légitime». Il a expliqué que le «dialogue est la seule issue» pouvant mener le pays vers «la démocratie et développement durable», à condition d'y associer la compétence algérienne dont celle vivant à l'étranger qui «doit se constituer en lobbies» pour défendre les intérêts de l'Algérie à l'étranger. Il s'est engagé à ouvrir un «observatoire de prospective» qui permettra à cette compétence de participer au choix de partenaire fiables pour le pays. Cet observatoire sera, selon lui, l'occasion pour le gouvernement de faire participer ses cadres à l'instauration d'un «plan stratégique pour le pays, à court et à long termes».
 
Décentralisation des pouvoirs économique et social
Rebaïne qui se présente pour la troisième fois à la présidentielle a envisagé, sur le plan administratif, la décentralisation des pouvoirs économique et social ainsi que l'élargissement des attributions des Assemblées élues.
Une décentralisation qui passera automatiquement, selon le candidat d’Ahd 54 par «la mise en place d’un nouveau découpage administratif favorisant l’initiative économique à travers une réhabilitation des pouvoirs exécutifs des assemblées élues».
En effet, il s'est engagé à réhabiliter les rôles des Assemblées élues à tous les échelons, dont les Assemblées populaires communales qui seront, selon lui, le principal facteur pour le règlement du problème du chômage et du logement en collaboration avec les comités de quartiers. «Je rendrai les prérogatives aux élus des assemblées populaires communales qui seront également chargés de résoudre le dossier du foncier, de la construction et la distribution des logements ainsi que le règlement du problème du chômage, en collaboration avec les associations de quartiers», a-t-il promis. L'administration se chargera, quant à elle, de faciliter l'accès du citoyen aux documents administratifs, la création d'administrations rurales, en commençant par l'éradication de la bureaucratie et la politique du clientélisme, a-t-il souvent martelé. A la faveur d'une telle politique de décentralisation des pouvoirs qui favorisera, entre autres, la maîtrise de l'orientation des investissements en fonction des spécificités des régions, l'Algérie peut atteindre, selon Rebaïne l’«autosuffisance» alimentaire, loin de toute «économie de la rente». Intégrer l'université dans la sphère économique Dans la plupart de ses meetings, Rebaïne n'a eu cesse de d'affirmer que l'Algérie fait face à de «grands défis» dont la mondialisation, laquelle exige l'«édification d'une économie forte». Il a expliqué, à cet effet, qu'il était pour l'ouverture à la mondialisation dans le cadre d'un partenariat permettant d'acquérir l'expérience étrangère dans différents domaines, notamment technologique, critiquant, par la même occasion, «les sociétés multinationales qui recourent aux pots-de-vin pour décrocher des marchés». Se considérant comme «seul opposant» sur la scène politique, Rebaïne s'est, dans ce cadre, engagé à rendre à l'université algérienne la place qui lui sied au sein de la sphère économique, en développant les pôles de recherches et d'excellence, ainsi que la promotion des compétences nationales.
Le candidat à la présidentielle a estimé que l'intégration et l'interaction entre la formation et le monde économique dans les domaines de la technologie et de la recherche «doivent garantir le développement de pôles de recherches d'excellence reconnus mondialement». Il a souligné, à cet égard, l'importance de la révision du système de santé à travers la mise à niveau des hôpitaux, la construction de structures hospitalières régionales ainsi que la révision de la politique du médicament. Il s'est engagé en outre à prendre en charge les doléances du corps médical dont le médecin, en lui offrant les moyens nécessaires pour accomplir «convenablement son devoir envers les malades et dans les meilleures conditions».
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions