samedi 26 septembre 2020 11:45:05

Exposition de peinture : « Grâces et Méditations » : Eclats de lumière

A 32 ans Amina Fériel Tidjani donne déjà l’impression d’avoir fait le plein de sa passion , toute entière consacrée à la manie des pinceaux entremêles sur la toile à ses moments d’intense méditation sur la vie et l’art qu’elle pratique avec une ferveur insoupçonnée.

PUBLIE LE : 21-11-2010 | 19:45
D.R

A 32 ans Amina Fériel Tidjani donne déjà l’impression d’avoir fait le plein de sa passion , toute entière consacrée à la manie des pinceaux entremêles sur la toile à ses moments d’intense méditation sur la vie et l’art qu’elle pratique avec une ferveur insoupçonnée. Cette jeune algéroise qui vit entre la Belgique et L’Algérie depuis quelques année ne sourcille pas du tout quand elle nous dit qu’elle a tout appris seule en autodidacte en creusant et explorant toutes les latitudes des la peinture se donnant le style que lui inspirent ses tableaux.
L’exposition qu’elle donne à voir aux visiteurs depuis le 14 de ce mois et qui se termine demain à la galerie d’art de la rue Didouche Mourad, une sorte d’annexe dans la ville des établissements «Arts et Culture» de la Wilaya d’Alger, présente une collection très attractive d’une trentaine de tableaux grand format où l’artiste développe sa propre technique picturale se référant au classicisme des grands maitres qui peignaient à l’origine à l’huile parce que dit-elle «cette ancienne technique représente pour moi la pureté des sentiments qui nous animent» .A.F Tiidjani n’est pas à sa première exposition puisqu’elle a récemment exposé dans le hall de l’hôtel Saint-Georges  ainsi qu’à l’Auras si  et au Maroc .Cette quatrième exposition est le résultat de deux années de travail où elle a pu regrouper trois ensembles de collections.   
La première «Méditations» est celle du mois d’août dernier, l’autre série «Grâces» a été réalisée au cours des séjours effectués à Casablanca au premier semestre 2010,  et une dernière  série de tableaux abstraits peints ici même en Algérie.  Initiée à cet art par un proche parent qui lui inculque les principes de base l’artiste se rend vite à l’évidence qu’elle ne peut se passer de ce qui est devenu pour elle «un besoin vital», l’expression pictural de ses diverses inspirations, une habitude qui l’accompagne dans sa vie. Sa source d’inspiration c’est sa rencontre et ses disscussions avec ses amis ou encore ses moments de riche introspection comme elle l’a fait quand elle s’est retrouvée seule pendant des mois dans une chambre d’hôtel au Maroc. Caractérisée par d’immenses toiles aux couleurs vives qui évoquent  un sentiment de gaieté et de vivacité, la brochure «Grâces» est sans doute l’une des plus particulières de l’exposition. Elle offre au regard du visiteur des formes longilignes blanches qui sont autant d’invites au rêve, la sensualité, le plaisir des sens et un passé onirique : « Ce sont des personnages gracieux faits de finesse et de légèreté.
On ne distingue pas forcément leurs traits physiques, ce sont des silhouettes affinées avec des mouvements qui suggèrent des ambiances de cirque avec les clowns, les acrobates, les trapézistes .Il ya aussi dans mes peintures des atmosphères liées à la musique et à la danse. Ces personnages sont des artistes comme moi. Si les couleurs sont gaies c’est parce que j’aime tout ce qui est vivant » nous dit A. F Tidjani commentant ses toiles.
Quant à la seconde partie de l’expo intitulée « Méditations »  qui va un peu plus dans la continuité de la précédente en ajoutant à ces étranges silhouettes des décors sombres dans les gris-noirs, elle est un moment privilégié où l’artiste crée en s’appuyant sur des instants magiques de méditation intérieure : «  Je pense beaucoup quand je suis seule face à une toile  mais je crois que tout le monde   médite sur son passé, sa vie présente ou future » nous dit cette artiste.
Ce sont justement ces formes presque humaines qui attirent la curiosité du regard «  Si mes personnages représentent dans leurs aspects surnaturels avec cette incandescence du blanc  l’idée de la pureté de l’âme humaine . » ajoute-elle.
Le troisième ensemble de tableaux qui sont pour la majorité des abstractions faisant référence à des décors urbains  ont été peints au couteau pour former de petits cubes «j’ai mis dans ces toiles toues mes  sensations artistiques mais j’aimerai que chacun y voit ce qu’il veut bien voir ou s’approfondir sur  un détail». conclut A. F Tidjani.
Lynda Graba .

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions