mardi 22 septembre 2020 12:07:11

Emploi : L’Anem prévoit 350.000 placements en 2014

L’Agence nationale de l’emploi (Anem) prévoit 350.000 placements de demandeurs d’emploi en 2014 contre 318.000 en 2013, alors que plus de 8.200 jeunes ont été placés dans le marché de l’emploi dans la seule wilaya de Ouargla, a révélé hier sur les ondes de la Radio nationale, son directeur général, Mohamed Tahar Châalal.

PUBLIE LE : 10-03-2014 | 23:00
D.R

L’Agence nationale de l’emploi (Anem) prévoit 350.000  placements de demandeurs d’emploi en 2014 contre 318.000 en 2013, alors que  plus de 8.200 jeunes ont été placés dans le marché de l’emploi dans la seule wilaya de Ouargla, a révélé hier sur les ondes de la Radio nationale, son directeur général, Mohamed Tahar Châalal. Sur les 350.000 placements dans le marché de l’emploi prévus durant  l’année en cours par l’Anem, 52.000 placements ont été effectués durant les mois de janvier et février, contre 45.000 placements durant la même période  de 2013, soit une évolution de 16%, a précisé M. Châalal lors de son passage  à la Chaîne III de la Radio nationale. En 2013, 82% des placements ont été effectués dans le secteur économique, a ajouté le premier responsable de l’Agence qui a révélé, en outre, que plus de 8.200 jeunes ont été placés par l’Anem dans la wilaya de Ouargla en 2013.
Cette performance illustre, selon lui, un retour de «l’accalmie» et une «meilleure transparence» dans la gestion du marché de l’emploi dans la région  du Sud. Saluant l’impact de l’instruction du Premier ministre relative à l’emploi sur l’évolution dans le domaine des placements et de l’employabilité, le directeur général de l’Anem a précisé que les dispositions de cette instruction ont été «mises en œuvre» dans l’ensemble des 258 antennes que compte l’Anem à travers le territoire national. «Les résultats probants en matière de placements ont été obtenus à la faveur de la croissance économique d’une part mais également grâce à l’amélioration des offres de service de l’Anem», a observé M. Châalal qui a relevé une évolution  du taux de pénétration de cette institution lequel est passé de 16% en 2010 à 55% en 2013, selon les données de l’Office national des statistiques (ONS). Durant le quinquennat 2010-2014, une évolution de plus de 44% en termes de placements avait été enregistré, avec 179.000 placements dans le secteur économique en 2010 contre plus de 318.000 en 2013.
«Avant 2006, l’Anem était considéré comme un bureau de main d’œuvre et ne pouvait pas offrir avec précision aux employeurs les détails de profils.  Désormais, elle offre de meilleurs services, organisation et conditions d’accueil, de même qu’une plus grande transparence et flexibilité», a noté le même responsable.
Interpellé sur le rôle des 20 agences privées de placements, M. Châalal a fait savoir que ces dernières ont pu effectuer environ 9.200 placements en 2013 et qu’une relation de «partenariat» et «d’accompagnement» les lie à l’Anem. L’hôte de la radio a, par ailleurs, affirmé une baisse «sensible» des recrutements de la main d’œuvre étrangère, laquelle représente une «infime» proportion, comparativement à la totalité de la main d’œuvre existante. Pour rappel, l’instruction n° 01 du Premier ministre, datant du 3 février 2014, «ordonne» à l’Anem de répondre aux employeurs dans un délai ne dépassant pas cinq jours aux demandes d’emplois. Si l’Anem ne peut pas répondre, les employeurs peuvent employer directement avec obligation d’informer l’Agence à posteriori, est-il stipulé.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions