mercredi 30 septembre 2020 03:11:14

Journée nationale de la Casbah : L’Association des amis d’Alger célèbre l’événement

«N’est-il pas temps de rendre à l’illustre Casbah d’Alger, ses lettres de noblesse ? En réalité, il est urgent de faire un état des lieux en vue d’engager des actions pour sauver cette ville, à même de lui redonner sa joie de vivre et sa couleur.»

PUBLIE LE : 24-02-2014 | 23:00
D.R

«N’est-il pas temps de rendre à l’illustre Casbah d’Alger, ses lettres de noblesse ? En réalité, il est urgent de faire un état des lieux en vue d’engager des actions pour sauver cette ville, à même de lui redonner sa joie de vivre et sa couleur.» Cet appel a été lancé, avant-hier, par les membres de l’Association des amis d’Alger ‘‘Sauvons La Casbah’’ (ASCA), au cours d’une rencontre tenue à l’occasion de la célébration de la journée nationale de La Casbah.
Cette rencontre a été mise à profit pour rendre un vibrant hommage à la défunte moudjahida, Fatiha Hattali, veuve Bouhired dite Oukhiti, dont la maison était une des plaques tournantes de la bataille d’Alger.  C’est en présence d’une importante assistance composée des autorités locales et des moudjahidine que Mme Houria Bouhired, présidente de l’association et la fille d’Oukhiti, a raconté le parcours et l’engagement de cette militante exemplaire et de mère dévouée.
La voix entrecoupée, les yeux en larmes, la présidente de l’ASCA n’a pas économisé ses mots pour mettre en exergue les valeurs de cette femme qui était douée d’une intelligence singulière et dotée d’un courage exceptionnel.
Plusieurs témoins se sont succédé sur à l’estrade, à l’image de Mme Zohra Drif qui a insisté sur l’importance de préserver la mémoire collective, évoquant, pour sa part, le grand courage de cette femme, qui a risqué sa vie alors qu’elle avait cinq enfants en bas âge. «Cette grande femme qui a pu résister à la torture et qui a fait preuve d’un courage exceptionnel au moment où les paras nous encerclaient», a-tenue à préciser Mme Drif.
Pour Mme Bouhired, la journée de La Casbah est une occasion pour remémorer les dates marquante dans l’histoire de cette ville. Pour elle, La Casbah symbolisait l’espace d’une résistance héroïque traduite par la force et le courage de ses habitants, en général, et les femmes, en particulier, qui avaient institué un règlement intérieur afin que cet espace ne soit pas violé.
Cette glorieuses moudjahida est morte en laissant un message aux générations montantes pour préserver les pierres de La Casbah.
Telle mère telle fille, Mme Bouhired, qui a suivi les traces de sa mère, œuvre pour la protection et la sauvegarde de cette ville, l’un des sites emblématique de la résistance et de la Révolution algériennes. C’est dans cette optique que l’association a initié plusieurs actions pour sauvegarder le site, citant, entre autres, la compagne citoyenne de ramassage d’ordures sauvages qui dégradent le cadre de vie de cette cité antique, classée patrimoine nationale. Pour ce faire, une structure de prise en charge du cadre de vie et de l’environnement, en collaboration avec les institutions concernées par la sauvegarde du patrimoine a été mise en place.  
À ce sujet, M. Mohamed Benmeddour, vice-président de l’ASCA, a indiqué qu’un budget a été alloué par les ministères de la Solidarité et de l’Environnement pour la création de micro-entreprises dont la mission consiste en la réhabilitation de La Casbah.   
Lors de cette cérémonie, 60 contrats de travail ont été remis aux jeunes sans emploi de la cité.
    Kamélia H.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions