mardi 20 octobre 2020 12:40:01

Cheikh Berbera l’a annoncé : Le coût du Hadj pourrait augmenter

Intervenant lundi dernier sur les ondes de la radio algérienne, Cheikh Berbera, DG de l’Office national du hadj et de la omra (ONHO), a évoqué nombre d’aspects liés au pèlerinage aux Lieux saints de l’islam, cette année, notamment l’augmentation éventuelle du coût du 5e pilier de l’islam

PUBLIE LE : 11-02-2014 | 23:00

Intervenant lundi dernier sur les ondes de la radio algérienne, Cheikh Berbera, DG de l’Office national du hadj et de la omra (ONHO), a évoqué nombre d’aspects liés au pèlerinage aux Lieux saints de l’islam, cette année, notamment l’augmentation éventuelle du coût du 5e pilier de l’islam, sans oublier de rappeler que le hadj-013 s’est déroulé dans de bonnes conditions, malgré les appréhensions de nos concitoyens à l’endroit de la situation sanitaire qui régnait en Arabie saoudite, suite à l’épidémie du coronavirus, notamment.
Après avoir rappelé le lancement, le 9 février dernier, de l’opération inscription des candidats au tirage au sort national du hadj, prévu le 26 avril prochain, l’hôte de la Chaîne I de la radio algérienne a fait part des nouveautés du hadj-2014, en termes de dispositions prises par les autorités publiques, en vue de faciliter à nos hadjis l’accomplissement du 5e pilier de l’islam. Dans ce contexte, M. Berbera a annoncé qu’une importante décision, portant dispense des femmes âgées de plus de 45 ans d’un accompagnateur légal (mahrem) a été prise cette année, en commun accord avec les responsables saoudiens.
D’autre part, a-t-il ajouté, obligation sera faite aux agences de voyages, lors de la prochaine session du hadj, de réserver des hôtels à proximité des Lieux saints, au profit des personnes âgées ou malades, sans manquer de déplorer au passage que les travaux d’aménagement et d’extension, entrepris ces dernières années au niveau du «Haram El- Mekki», ont entraîné bien des désagréments pour les opérateurs du secteur tertiaire, notamment en réduisant les capacités d’accueil des pèlerins, dont le nombre total a atteint quelque 2,5 millions en 2013, dont 28.800 algériens. La question du transport des hadjis a été abordée également par le DG de l’Office du hadj et de la omra, en précisant, à cette occasion, que le transport sera assuré à nos hadjis en aller-retour de Djeddah vers La Mecque et Médine.
Cela dit, c’est surtout l’éventualité d’une augmentation du coût du hadj cette année, évoquée par Cheikh Berbera, qui suscite une certaine l’inquiétude chez les candidats au pèlerinage aux Lieux saints de l’islam, concernant particulièrement le montant exact, lequel sera connu  après le retour de la délégation algérienne multisectorielle qui doit se rendre, dans les prochains jours, en Arabie saoudite. Pour rappel,  le pèlerinage a coûté l’année dernière la somme de 356.000 DA par personne, tous frais compris. Si le prix du billet d’avion hadj est resté inchangé (100.000 dinars), ce n’est pas le cas de la prise en charge des 28.800 hadjis algériens (hébergement, transport, santé et autre prestations) qui a grimpé vertigineusement à cette occasion, atteignant 256.000 dinars par personne.
L’hôte de la radio a tenu, à cette occasion, à exprimer sa pleine satisfaction à l’égard du travail remarquable fourni par la mission médicale au niveau des Lieux saints de l’islam et sa bonne prise en charge des hadjis, sans manquer de souligner particulièrement que les contrôles sanitaires des futurs pèlerins seront renforcés cette année, en étroite collaboration avec le ministère de la Santé, afin de réduire le nombre de hadjis souffrant de maladies chroniques, en citant pas moins de 64 cas de maladie mentale et 7 femmes enceintes de plus de 7 mois découverts lors de la dernière session du hadj.
Mourad A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions