dimanche 20 septembre 2020 14:47:09

Une commission de l’APW à Baraki, Infrastructures scolaires : un tableau mitigé

La circonscription administrative de Baraki a bénéficié de dix-sept nouveaux groupements scolaires dont les travaux de réalisation seront entamés "dans les meilleurs délais possibles", a affirmé le wali délégué de Baraki, Mohamed Dahmani.

PUBLIE LE : 21-01-2014 | 23:00

La circonscription administrative de Baraki a bénéficié de dix-sept nouveaux groupements scolaires dont les travaux de réalisation seront entamés "dans les meilleurs délais possibles", a affirmé le wali délégué de Baraki, Mohamed Dahmani.          
Ces projets de nouvelles écoles primaires seront répartis sur les trois communes de la circonscription : Sidi Moussa, les Eucalyptus et Baraki, a précisé M. Dahmani en recevant une délégation de l'assemblée populaire de wilaya (APW), qui enquête sur la situation des écoles de la wilaya en prévision de la tenue  d'une conférence sur les états généraux du secteur à Alger.          
M. Dahmani a déploré le retard accusé dans la réalisation de certains projets d'écoles dans sa circonscription pourtant inscrits en 2008, précisant que les communes sous sa tutelle disposent au total de 80 écoles primaires,  44 cantines scolaires, 28 CEM et 9 lycées.          
Il a expliqué ce retard par la "défaillance" des bureaux d'études, certaines initiatives "inadéquates" prises par les APC et l'intervention de plusieurs parties dans la gestion des projets et des établissements (APC, wilaya déléguée et la wilaya à travers plusieurs directions).          
Le wali délégué a sollicité l'aide de l'APW afin de renforcer les moyens  de transport scolaire au profit des élèves de cette localité est de la capitale qui ne disposent actuellement que de 15 bus. "C'est très peu", a-t-il dit.          
Par ailleurs, M. Dahmani a avoué l'état déplorable des établissements  scolaires de sa circonscription, dont une partie a été visité lundi passé par la délégation de l'APW conduite par le président de la commission de l'éducation de l'Assemblée,  Mohamed Tahar Dilmi.          
"Les conditions de scolarité dans certains établissements de la circonscription sont très difficile. Il y a des écoles où je ne permettrais jamais d'inscrire mes enfants", a-t-il soutenu, soulignant que sa priorité est de garantir l'hygiène dans et aux alentours des écoles.          
La quasi-totalité des établissements inspectés par la délégation de l'APW souffrent de la présence de décharges sauvages, notamment le CEM Mahmoud Ramdane des Eucalyptus où un espace de 800 m² est occupé depuis plus de 15 ans  par le mobilier usager, entre autres.          
Les élus ont, également, constaté que plusieurs établissements comme le lycée Rabah Amrani et le CEM Mouloud Daoud de Sidi Moussa, manquent d'infrastructures pour le sport scolaire alors qu'ils disposent de terrain inexploités de 3.000  m² chacun.          
A l'école primaire Omar El Aqab de Sidi Moussa, ils ont pris note des désagréments provoqués par des travaux de réaménagement dont le chantier a été installé, selon le directeur, depuis le 15 juin 2013.          
Dans la commune des Eucalyptus, ils ont appris que l'APC dispose d'un  programme de reconstruction en dur de cinq vieilles écoles en préfabriqué situées au chef-lieu (deux écoles), à Chateau rouge, Cherarba et Kourifa. Dans ce dernier quartier de 70.000 habitants, soit l'équivalent de la population de la commune d'Alger-Centre, l'APC prévoit l'inauguration de deux écoles primaires en fonction du déroulement des opérations de relogements annoncées par la wilaya.          
Lors de leur rencontre avec le wali délégué, la délégation de l'APW a demandé la prise en charge urgente des problèmes du nouveau lycée de Ramdhania des Eucalyptus, inauguré en 2012. Ce lycée, qui compte 775 élèves, n'a ni chauffage ni cantine parce qu'il  n'est pas encore alimenté en gaz de ville du fait des réserves émises par la sonelgaz concernant l'absence de clôture, a signalé la direction dans un rapport remis à la délégation.          
Le même rapport signale l'absence d’équipements de base dans les laboratoires,  la salle de sport, la bibliothèque et la cantine du lycée où la direction s'inquiète  des intrus qui y accèdent à travers la petite clôture ceinturant l'établissement et y passent même la nuit.          
Les élus ont demandé à ce qu'on mette fin au provisoire qui dure depuis 2009 à l'annexe du CEM Mohamed Bouras du chef-lieu de Baraki où des centaines d'élèves étudient dans une ancienne salle de sport aménagée  en classes dépourvues de chauffage.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions