samedi 26 septembre 2020 23:21:38

Bientôt, Des aires de service et de repos : L’autoroute Est-Ouest payante à partir de 2016

Une étude a été engagée pour l’installation des équipements d’accompagnement sur l’autoroute Est-Ouest. Une autoroute «qui obéira à des règles et des standards internationaux».

PUBLIE LE : 18-12-2013 | 23:00
D.R

Une étude a été engagée pour l’installation des équipements d’accompagnement sur l’autoroute Est-Ouest. Une autoroute «qui obéira à des règles et des standards internationaux». La partie Est de l’autoroute Est-Ouest sera livrée dans sa totalité au plus tard dans 18 mois. C’est ce qu’a affirmé hier, Mohamed Mahieddine, directeur général des routes au ministère des Travaux publics.

«Nous sommes en négociation avec le consortium en charge du tronçon, pour arrêter un planning de livraison dans un délai de 18 mois », a-t-il précisé, sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale. Le tronçon en question est situé, selon ce responsable, dans la partie Est, entre Constantine, Skikda et El Tarf, sur un linéaire de186 km.
Il a expliqué les raisons du retard accusé jusqu’ici dans la réalisation de cette partie de l’autoroute, «par la complexité géologique de la région ». Selon lui, les travaux sont retardés principalement par le creusement des tunnels.
En effet, les responsables nippons de Cojaal avaient indiqué le mois de novembre dernier, «n’avoir jamais eu à faire face, dans leur carrière professionnelle, à un tel problème de glissement de terrain, notamment sur une partie de près de 400 mètres du tunnel n°1», en affirmant que des techniques «hautement avancées» ont été mises en œuvre pour contourner cette contrainte
Initialement, le projet devrait être livré en 2009, pour un coût de 6 milliards de dollars. Avec la cadence des travaux menés par le consortium japonais Cojaal dans la partie Est du projet, l’autoroute va être livrée selon le responsable au ministère des Travaux Publics au milieu de l’année 2015. Entretemps, «le coût du projet a dépassé les 11 milliards de dollars», selon le même responsable qui soutient que les retards enregistrés n’ont pas engendré des surcoûts. Pour lui, les rallonges budgétaires allouées à ce projet, ne sont que le montant «des prestations qui n’ont pas été prévus dans le contrat initial».
S’exprimant par ailleurs sur la question du péage, le directeur général des routes au ministère des Travaux publics a assuré que «l’autoroute Est-Ouest sera livrée avec les infrastructures de péage en 2016». En fait, «Tous les équipements d’accompagnement de l’autoroute Est-Ouest seront livrés en 2016», a-t-il affirmé.
Il a annoncé dans ce sens la réalisation de quarante-deux aires de service sont ainsi prévues sur cette autoroute. Ces aires seront équipées entre autres de motels et de magasins et devront constituer à l’avenir «des micro-zones d’activité pour préparer les conditions de mise à péage des autoroutes. Mais pour l’heure «nous ne pouvons aborder le péage au niveau de l’autoroute sans qu’il y ait un service de qualité et avant l’achèvement de l’ensemble des équipements», a-t-il ajouté.
Évoquant la tarification qui sera appliquée, le responsable a indiqué que celle-ci «sera soumise au gouvernement au même titre que les autres services publics».

70 milliards de dollars en l’espace de 14 ans pour les Travaux publics
Outre les 42 aires de service annoncées, il y aura 62 aires de repos «pour permettre à l’usager de se reposer pour chaque trajet de deux heures». Ce sont là des actions complémentaires au projet de l’autoroute Est-Ouest, «ouverte à la circulation bien avant la finalisation de tous ces projets, sous la pression du trafic. Nous devions répondre aux impératifs du trafic et compléter l’ensemble des actions», tient à rappeler M. Mahieddine.
Mohamed Mahieddine a affirmé dans cet ordre d’idées, que pas moins de 70 milliards de dollars ont été alloués au secteur des travaux publics de 2000 à 2014, au titre de 3 programmes quinquennaux, dont 50 % du budget est accaparé par le réseau autoroutier.
«Le ministère des Travaux publics a également lancé le projet de l’autoroute des Haut-plateaux sur un linéaire de 1100 km dont les travaux sont sur la bonne voie notamment dans la partie Ouest», soutient l’invité de la rédaction. Allant plus loin, il précisera que le réseau national d’autoroutes sera d’un linéaire global dépassant les cinq mille kulomètres d’ici une dizaine d’années. « Un ensemble de projets, qui seront lancés dans le futur, vont compléter l’armature du réseau routier. L’axe majeur du secteur à l’horizon 2025 est la réalisation d’un réseau rapide d’autoroutes d’un linéaire global de 5.500 qui devrait relier près de 44 chefs-lieux de wilayas», a-t-il également annoncé. Parmi ces projets, ce responsable a cité la pénétrante du port de Skikda, qui sera lancée dans les prochains jours et les pénétrantes des ports de Ténès, de Mostaganem, d’El Marsa, et de Ghazaouet. Il est également prévu la réalisation de la quatrième rocade reliant Khemis Miliana à Bordj Bou Arreridj, du dédoublement de la transsaharienne et de l’autoroute des Hauts plateaux.
Evoquant l’état déplorable des chemins communaux, le même responsable a reconnu que les autorités devraient s’intéresser davantage à ces routes « et placer leur entretien au centre de leurs préoccupations». «Nous devons passer de l’entretien curatif à l’entretien préventif. C’est cela qui va garantir la pérennité des infrastructures», dit-il.
Pour cela, il préconise de renforcer les APC de moyens humains et matériels et de les encadrer. Le problème de signalisation et d’éclairage a souvent été évoqué comme étant responsable aussi des accidents de la route. Il fera savoir dans le même sillage qu’un projet est justement en cours pour mettre en place un schéma de signalisation directionnelle.
Salima Ettouahria



 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions