lundi 21 septembre 2020 00:05:54

Première projection à Alger de documentaires de l'atelier "Bejaia Doc" : Fruit d’un stage avec des professionnels

Sept premières réalisations de jeunes documentaristes algériens, issus de l'atelier de création "Bejaia Doc", ont été projetées jeudi à la cinémathèque d'Alger, proposant autant de regards sur divers aspects de la société algérienne contemporaine et sur des préoccupations plus intimes de leurs auteurs

PUBLIE LE : 29-11-2013 | 23:00
D.R

Sept premières réalisations de jeunes documentaristes algériens, issus de l'atelier de création "Bejaia Doc", ont été projetées jeudi  à la cinémathèque d'Alger, proposant autant de regards sur divers aspects de  la société algérienne contemporaine et sur des préoccupations plus intimes de  leurs auteurs. Fruit d'une année de stage avec une équipe de professionnels du documentaire et membres des associations Cinéma et mémoire (Algérie) et Kaina Cinéma  (France), organisatrices de l'atelier, ces documentaires abordent des thèmes  comme les enfants abandonnés à la naissance, la précarité chez les demandeurs d'emploi ou encore des questionnements de jeunes parents dans l'Algérie d'aujourd'hui.  Ainsi, Asma Guergour a choisi de filmer dans Yatim (L'orphelin),  Mohammed-Chérif et Mounia, deux "enfants nés sous x", en basant son propos sur le témoignage et les questionnements de ces derniers dans la construction de leur personnalité d'adultes. Mené à la manière d'une interview journalistique, avec une esthétique  très sobre, ce documentaire de 27 minutes met en lumière la "blessure" des protagonistes,  confrontés au tabou social qui entoure les circonstances de leur naissance et de leur abandon, en insistant sur leur combat pour être reconnus en tant qu'individus  à part entière.          Dans un registre plus poétique, le couple Amel Blidi et Nabil Boubaker se sont mis en scène dans Amek ara degurine wussan (Demain sera un autre jour), un film qui tente de cerner les interrogations de ces jeunes parents quant à leur propre avenir et à celui de leur fils. Avec un texte très littéraire et des images d'une grande beauté qui subliment des paysages d'Alger et de Kabylie, les réalisateurs ont choisi d'aborder  ce sujet intime par le biais de séquences allusives et de propos suggestifs.
Razik Benallal a, pour sa part, privilégié la dérision en interrogeant dans El havs amokrane (La grande prison) des jeunes inscrits à l'Anem (Agence  nationale de l'emploi) ou ayant bénéficié en partie d'un crédit Ansej (Agence  nationale de soutien à l'emploi des jeunes).    Ces derniers évoquent avec humour, et non sans une certaine rancœur, les obstacles bureaucratiques ou les difficultés avec des entreprises et des  fournisseurs auxquels ils font face, un choix d'écriture qui a rehaussé le niveau du documentaire malgré des insuffisances techniques, ainsi que l'ont fait remarqué des spectateurs.  D'autres réalisateurs à l'exemple de Nassim Aït Ahmed et Aicha Messadia ont abordé les thèmes du deuil et de la folie à travers des histoires familiales ou des témoignages de personnes ayant séjourné dans des hôpitaux psychiatriques, successivement dans Toujours présent et Menthol, projetés aux côtés de Habit engoulek de Fatima Dridi et Kouchet el djir de Amine Boukraa. Sélectionnés sur la base d'un appel à candidature lancé en 2012 et qui a totalisé une cinquantaine de postulants, selon la responsable pédagogique de l'atelier, Habiba Djahnine, ces documentaristes débutants ont été encadrés  dans les différentes étapes de réalisation (écriture, repérages, tournage et montage).
Les sept documentaires seront, par ailleurs, projetés dans des cinémathèques et des ciné-clubs de différentes villes algériennes, ont indiqué les organisateurs sans donner plus de précisions. Créé en 2007, l'association Cinéma et Mémoire, présidée par la documentariste  algérienne Habiba Djahnine, encadre durant une année six à huit stagiaires pour la réalisation d'un premier documentaire en "lien direct avec la vie et l'environnement" de l'auteur. Un coffret DVD réunissant les documentaires des précédentes éditions  de l'atelier a été édité en 2012.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions