jeudi 01 octobre 2020 05:49:12

La Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière débute aujourd’hui

1,8 million de doses commandées par l’Institut Pasteur

PUBLIE LE : 19-10-2013 | 23:00
D.R

La grippe saisonnière est une infection respiratoire due au virus grippal ou virus influenza. Elle est caractérisée par sa haute contagiosité et par sa gravité chez les personnes fragilisées par une maladie chronique ou par l’âge chez qui elle provoque des complications sévères pouvant aboutir au décès. Et comme le meilleur remède reste la prévention, les spécialistes préconisent la vaccination. Dans ce sillage l’Algérie a opté pour des campagnes de vaccination. Et justement, pour cette année, le  coup d’envoi de la campagne nationale de vaccination sera donné aujourd’hui à travers tout le territoire national, selon le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.  La vaccination se fera, de ce fait, tout au long de la période automne-hiver, (octobre à décembre) en vue d’éviter les épidémies de grippe particulièrement dangereuses, notamment pour les personnes vulnérables. Ainsi, les personnes particulièrement   concernés sont les sujets âgés de 65 ans et plus, ceux atteints d’une maladie chronique (adultes et enfants) et les femmes enceintes à partir du deuxième trimestre de la grossesse.  1,8 million doses de vaccin antigrippal ont été commandées cette année par l’Institut pasteur d’Algérie (IPA) auprès du laboratoire français Sanofi Pasteur qui a été le seul fournisseur à déposer une offre auprès de l’Institut Pasteur d’Algérie, une quantité moindre par rapport à l’année dernière où l’Algérie avait importé plus de 2 millions de doses. Un minimum de 5 millions de doses est nécessaire pour la campagne contre la grippe saisonnière, selon le Pr. Salim Nafti, chef de service de pneumologie au CHU Mustapha Bacha qui a appelé les pouvoirs publics à faire un effort supplémentaire pour au moins doubler la quantité importée pour nous éviter tous les aléas. « Vacciner permet d’économiser les dépenses du traitement de la grippe », a-t-il déclaré. Il a expliqué qu’« un sujet vacciné est une économie d’entre 50 et 200 euros pour l’Etat, alors que le vaccin coûte 5 euros seulement, avant d’insister qu’il fallait au moins vacciner les sujets à risque au nombre de 5 millions.» Le Pr. Nafti a affirmé que « se vacciner contre la grippe saisonnière, c’est protéger toute la collectivité de cette maladie qui, loin d’être anodine, peut entraîner des complications graves allant jusqu’au décès chez les personnes vulnérables.» Et d’ajouter : « la grippe est une maladie contagieuse, hautement transmissible et se protéger contre ce mal, veut dire aussi, protéger son entourage, et vacciner une personne, c’est aussi protéger toute la collectivité.»
Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière avait récemment indiqué que le vaccin antigrippal sera disponible à partir de cette date dans les centres vaccinateurs des établissements publics de santé où il sera administré gratuitement et dans les officines pharmaceutiques où il sera remboursé pour les personnes âgées et les malades chroniques assurés sociaux.
Wassila Benhamed
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions