samedi 19 septembre 2020 06:18:05

Journée mondiale des personnes âgées : Combat pour la dignité

Le Pr. Hamidani, spécialiste en traumatologie, au CHU de Blida, a affirmé, hier, lors d’un espace de réflexion, organisé, par l’Association SOS 3e âge en détresse « Ihcène », dans le cadre de la commémoration de la journée mondiale de la Personne âgée...

PUBLIE LE : 01-10-2013 | 23:00
D.R

Le Pr. Hamidani, spécialiste en traumatologie, au CHU de Blida, a affirmé, hier,  lors d’un espace de réflexion, organisé, par l’Association  SOS 3e  âge en détresse « Ihcène »,  dans le cadre de la commémoration de la journée mondiale de la Personne âgée, qu’une commission  pluridisciplinaire va être installée incessamment pour que la loi de 2010, relative à la protection des personnes âgées soit suivie de textes d’application à même de lui permettre de réaliser les objectifs  pour laquelle elle a été promulguée, à savoir la préservation des droits de cette catégorie et l’amélioration de leur prise en charge, d’autant plus qu’ils ont confrontés, aujourd’hui, à de nombreux problèmes d’ordre social et économique notamment. Il  rappellera, en effet, qu’il est nécessaire désormais de réfléchir  aux moyens et mécanismes pouvant  influer positivement sur le vécu de cette tranche de la société, notamment avec les grands progrès, réalisé par l’Algérie, en termes de longévité des personnes âgées, comparée aux années précédentes. Le Pr. Hamidani insistera sur l’intérêt d’entourer  les vieux  de soins puisqu’exposés à des  problèmes de santé multiples, telle l’ostéoporose ; ce mal de société caractérisé par des déformations de la masse osseuse, ajoutant que l’accompagnement à domicile est à même de  réduire la souffrance du 3e âge, d’où l’importance de cadrer et encadrer les métiers qui vont dans le sens de la protection de cette frange de la société.  Intervenant dans le même cadre le Pr. Abdenbi, spécialiste en neurochirurgie au CHU Zmirli,  mettra en exergue  la déliquescence des valeurs morales dans tous les domaines, y compris dans la médecine, plaidant pour un retour au respect d’autrui, notamment les personnes âgées exposées aux tumeurs cérébrales, les maladies dégénératives, les accidents vasculaires cérébraux et autres pathologies, causés souvent par des traumatismes du crâne, dans la plupart des cas, pas traités ou carrément passés inaperçus. Cette  journée de réflexion à laquelle  ont été associés aussi des néphrologues, des spécialistes en médecine légales et interne, de cardiologie, des juristes et des représentants de l’UGTA et du Conseil économique et social et des ministère de la Santé, de la Population et des Réformes hospitalières et de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition féminine ; ainsi que la DGSN et la Gendarmerie nationale, se veut, selon la présidente de l’association Ihcène, une tribune pour  rendre hommage à nos vieux et  plaider pour une  prise en charge meilleure pour cette catégorie qui représente aujourd’hui,  près de 10%. Il appellera toutes les instances ainsi que le mouvement associatif à s’impliquer dans la prise en charge du 3e âge, rappelant  que la loi de 2010  a permis de revaloriser les allocations  attribués aux démunis de cette catégorie, passant ainsi de 3.000 à 10.000 DA, avant de poursuivre que son association continuera à militer pour la création de centres  de gériatrie et des dispositifs d’aide à domicile. Elle estimera ainsi que la prise en charge des vieux n’est pas seulement l’affaire du ministère de la Solidarité.
Samia D.  
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions