jeudi 01 octobre 2020 20:33:05

Feux de forêt : 4.320 ha partis en fumée cet été

Même si l’on est loin des ravages causés l’été dernier, les feux de forêt constituent chaque année un vrai calvaire pour les pouvoirs publics.

PUBLIE LE : 18-08-2013 | 23:00
D.R

Les  dégâts économiques, mais surtout écologiques sont inestimables. D’où la vigilance qui doit être de mise pour éviter le déclenchement des incendies. La situation est en tous les cas moins inquiétante comparativement à l’année passée. Du moins si l’on se fie au dernier bilan établi par les services de la protection civile dont El Moudjahid détient une copie.  
Depuis l’ouverture de la saison estivale, le 1er juin dernier, ce sont 4320 ha qui sont partis en fumée dont plus de 1710 ha concernent des feux de forêt contre des superficies de 1310 ha et 1480 ha de maquis et de broussailles.
Les statistiques de la PC indiquent en outre la destruction de 52.845 arbres fruitiers, 253.750 bottes de foins et 3260 palmiers dont plus de 1350 palmiers à Tamanrasset, 590 à Biskra et 560 à El Oued.
Tandis que pour les feux de récolte, les dégâts se résument par les pertes de 1400 ha de blé et de 740 ha d’orge. Ce qui est « rien » par rapport aux superficies sauvées des flammes puisque 9373 ha de blé et 4282 ha d’orge ont été préservés.
En effet, la célérité dans les interventions des agents de la protection civile et l’efficacité des dispositifs mis en place ont permis de sauver un patrimoine non négligeable. Ainsi, 20.181 arbres fruitiers, 10.942 palmiers et 49.761 bottes de foins ont été « récupérés », au grand bonheur des agriculteurs.
Du côté de la protection civile, les préparatifs pour faire face aux feux de forêts a commencé bien avant l’ouverture de la saison estivale à travers des regroupements régionaux où il était question des dispositifs de prévention et de sécurité à prendre. A l’image du renforcement des capacités d’intervention des colonnes mobiles de lutte contre les feux de forêt qui sont réparties sur les régions boisées et les vergers.
Cependant, l’introduction cet été de la technique de l’indice du risque a été pour beaucoup dans cette accalmie, certes relative, des incendies et s’est avérée plus quesalutaire. Le procédé en question, qualifié de très efficace par les responsables de la protection civile après avoir été testé dans un premier temps sur les feux de récolte, possède une caractéristique ô combien essentielle, en l’occurrence l’anticipation des départs de feu. Comment ?
En prenant en compte tout simplement les données reçues par Météo Algérie pour déterminer au final une cartographie des zones à grands risques, selon les caprices du mercure.
 Du coup, les pompiers se déploient rapidement et installent leurs dispositifs là où il y a risque d’incendie. D’ailleurs ce système de l’indice du risque a réduit à sa simple expression des débuts d’incendies dans plusieurs régions du pays et les a empêchés de se développer.
    S. A. M.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions