dimanche 27 septembre 2020 08:25:43

La participation des lycéens à la greve du 19 mai 1956 : De l’amphi au maquis

l’association Machaal Echahid, en coordination avec l’APC d'Alger-Centre et la Direction de l’Education d'Alger-Centre et l’Etablissement Arts et Culture, ont organisé, hier à la salle Ibn Khaldoun, une conférence historique portant sur « La participation des lycéens à la grève du 19 mai 1956.»

PUBLIE LE : 14-05-2013 | 23:00
D.R

Dans le cadre des festivités marquant le cinquantenaire de l’indépendance et la célébration de la journée de l'Etudiant, l’association Machaal Echahid, en coordination avec l’APC d'Alger-Centre et la Direction de l’Education d'Alger-Centre et l’Etablissement Arts et Culture, ont organisé, hier à la salle Ibn Khaldoun, une conférence historique portant sur « La participation des lycéens à la grève du 19 mai 1956.»
Cette conférence qui a vu la participation de plus d’une cinquantaine d'écoliers a été marqué par des témoignages de militants et moudjahidine ayant contribué à la réussite des événements du 19 mai 1956.
Les témoignages, qui ont été livrés durant cette rencontre, ont rappelé le rôle du mouvement estudiantin et lycéen, dans la lutte contre le colonialisme. Le 19 Mai 1956, les lycéens et les universitaires décident de répondre à l’appel de la grève illimitée des cours et des examens lancé par l’Union générale des étudiants musulmans algériens (UGEMA), suite aux instructions du FLN. Présente au cours de cette rencontre, Mme Meriem Belmihoub-Zerdani, une militante de la première heure a été parmi ceux ayant lancé l’appel à la grève du 19 mai 1956. Mme Belmihoub a saisi l’occasion pour rendre hommage à tous ceux qui ont donné leurs vies en défendant la cause algérienne. Selon elle, cette date historique, qui rappelle l'engagement des étudiants et lycéens dans la lutte armée, avait secoué l’administration coloniale. Conscients qu'avec un diplôme en plus, on ne fera pas de meilleurs cadavres, dira Mme Belmihoub. Ces étudiants et lycéens ont fait changer le cours de l’histoire de la Révolution algérienne. Et d'ajouter que certains d'entre eux ont joué un rôle politique et militaire majeur. « Notre devoir nous impose de nous mettre aux côtés de ceux qui luttent et meurent libres face à l’ennemi. Il faut déserter les bancs des universités pour le maquis. Il faut rejoindre en masse les rangs de l'Armée de libération nationale. Pour le monde qui nous observe, pour la nation qui nous appelle, pour le destin héroïque de notre pays, serions-nous des renégats ? » Ce sont les cris d'appel de l’UGEMA  à la guerre de la libération d’Algérie.
A l’issu de la conférence, les organisateurs ont honoré les brillants élèves ayant participé aux épreuves culturelles et ont rendu hommage à ceux qui ont joué un rôle important dans l’indépendance nationale et ont payé un lourd tribut alors qu'ils étaient à la fleur de l’âge.
Kamelia H.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions