vendredi 25 septembre 2020 23:06:13

Vaccination des enfants : Modification du calendrier national avant fin 2013

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière envisage de modifier le calendrier national de vaccination des enfants avant fin 2013 dans le but de répondre aux besoins nationaux en la matière.

PUBLIE LE : 11-05-2013 | 23:00
D.R

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme  hospitalière envisage de modifier le calendrier national de vaccination des  enfants avant fin 2013 dans le but de répondre aux besoins nationaux en la matière. Le ministère de la Santé réfléchit actuellement en coordination avec  des spécialistes en pédiatrie et maladies infectieuses, à l'actualisation du calendrier vaccinal national conformément aux recommandations de l'Organisation  mondiale de la santé (OMS), a indiqué, hier, le directeur de la prévention du  ministère, Pr. Ismail Mesbah. Dans une déclaration à l'APS en marge de la journée d'étude sur les maladies  infectieuses, Pr. Mesbah a précisé que l'actualisation  concernait l'introduction de nouveaux vaccins afin de mettre au point un calendrier vaccinal qui répond aux besoins nationaux dans le cadre de l'amélioration de  la santé publique. Cette opération s'inscrit dans le cadre du renforcement et de l'élargissement  du calendrier vaccinal national et de la sensibilisation des adultes à l'importance  de la vaccination à travers des campagnes régulières organisées à cet effet. Il a rappelé à cette occasion, la couverture actuelle du programme élargi  de vaccination des enfants dépassant parfois les recommandations de l'OMS, soulignant certains dysfonctionnements qui sont vite rattrapés. De son côté, la présidente de l'association de pédiatrie, Pr. Rachida  Boukhari, a mis en garde contre certaines maladies bactériennes chez les nouveaux  nés comme la coqueluche, appelant à introduire la vaccination contre la coqueluche  avant trois mois. Entre autres maladies infectieuses, elle a cité les atteintes pneumococciques  responsables d'une mortalité importante chez le nourrisson de moins de deux  ans en Algérie. Le Pr. Rachida Boukhari, également chef du service pédiatrie à l'établissement hospitalo-universitaire Frantz Fanon, à Blida, a affirmé que les pays qui ont introduit le vaccin antipneumococcique ont enregistré des résultats "palpables" en matière de réduction du taux de mortalité. Elle a souligné à ce propos, les résultats obtenus par l'Algérie concernant  la réduction de la mortalité des enfants qui est de 23 cas pour 1000 naissances,  souhaitant la création par le ministère de la Santé, d'une commission nationale  en collaboration avec l'ensemble des acteurs pour accélérer l'introduction de  nouveaux vaccins afin de réduire la mortalité chez l'enfant et améliorer la  santé du citoyen. Par ailleurs, le Pr. Mohamed Tazir, chef du service microbiologie à  l'hôpital Mustapha Pacha a mis l'accent sur la nécessité d'élaborer des études  préalables sur les affections infectieuses pour en évaluer le coût avant de le porter sur le calendrier vaccinal national. Il a déploré cependant l'administration excessive d'antibiotiques chez  l'enfant ce qui génère une résistance à certaines maladies infectieuses et bactériennes.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions