lundi 28 septembre 2020 17:24:16

Benbada : “l’état maintiendra la subvention”

Le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, a affirmé, par ailleurs, que l’Etat continuera à subventionner les produits de base et à soutenir le pouvoir d’achat du citoyen.

PUBLIE LE : 22-04-2013 | 23:00
D.R

Pour rattraper le retard : Réalisation de 8 grands marchés de gros

L’Etat continuera à subventionner les produits de base et à soutenir le pouvoir d’achat du citoyen. M. Benbada a précisé, toutefois, que cet effort “doit se faire de manière rationnelle”, expliquant que le système de subvention qui est actuellement appliqué “n’est pas équitable” et est “très coûteux” pour l’Etat.

Un premier plan d’urgence a été mis en œuvre pour la réalisation de huit marché de gros en fruits et légumes, dont trois sont en cours dans les wilayas de Aïn Defla, Mascara et Sétif, a annoncé hier le ministre du Commerce lors de sa visite du travail à Tizi-Ouzou, où il a procédé à la pose de la première pierre de réalisation d’un marché couvert à Tadmaït, l’inauguration de deux marchés, l’un de proximité et l’autre couvert, en sus de l’inspection du chantier de réalisation du nouveau siège de la Direction du commerce dans la ville des Genêts. Ces marchés seront réalisés sous forme de crédit bancaire par l’entreprise Magro, une entreprise créée en 2010 pour réaliser et gérer les marchés de gros de dimension nationale et régionale, a indiqué le ministre, tout en précisant que ces structures seront implantées sur des superficies dépassant 12 hectares. Le paiement de la réalisation de ces marchés, dans le cadre de ce premier plan d’urgence, qui est de l’ordre de 15 milliards de dinars, est déjà avalisé par le gouvernement, a-t-il annoncé, avant d’indiquer que les marchés de gros actuels ne répondent plus aux attentes d’une économie en plein essor de par leur exiguïté et leur congestion. Le ministre du Commerce a, par ailleurs, reconnu que notre pays accuse un manque criant dans les infrastructures de marché de gros, d’où la mise en œuvre de ce plan d’urgence sur des superficies beaucoup plus importantes, et ce, pour permettre aux mandataires de travailler dans de meilleures conditions. Dans le cadre de la lutte contre la prolifération de l’informel, M. Benbada a annoncé le traitement de quelque 785 marchés de l’informel recensés à travers 1.200 à 1.300 localités touchées par l’opération et le recasement de 15.000 jeunes activant dans le même circuit. Il a aussi annoncé qu’un projet de réalisation de 350 marchés couverts en charpente métallique est en cours de réalisation à travers le territoire national.
Concernant l’approvisionnement des marchés pendant le mois de Ramadhan prochain, le ministre a tenu à rassurer la population qu’il n’y aura aucun problème en la matière durant ce mois sacré, indiquant que son département ministériel a pris toutes les mesures pour que tous les produits soient disponibles en quantité suffisante. Le ministre a, par ailleurs, souligné que le consommateur a un grand rôle dans la régulation du marché durant ce mois sacré, en particulier, et tout au long de l’année, en général.

«L’Etat continuera à subventionner les produits de base»
Le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, a affirmé, par ailleurs, que l’Etat continuera à subventionner les produits de base et à soutenir le pouvoir d’achat du citoyen. M. Benbada a précisé, toutefois, que cet effort “doit se faire de manière rationnelle”, expliquant que le système de subvention qui est actuellement appliqué “n’est pas équitable” et est “très coûteux” pour l’Etat. L’Algérie, a soutenu le ministre, “sera obligée d’aller dans le sens de la rationalisation de ses moyens par la mise en place d’un système de subvention qui s’adressera exclusivement aux nécessiteux, si demain l’Etat n’a pas les moyens de poursuivre la politique actuelle de subvention qui ne fait pas de distinction entre riches et pauvres”.

«La grève des boulangers n’est pas une bonne solution»
Au sujet de la grogne chez les boulangers, le ministre a indiqué que la grève annoncée pour aujourd’hui «n’est pas une bonne solution dès lors que le dialogue concernant les problèmes posés par ces boulangers est toujours en cours». S’exprimant lors d’un point de presse, M. Benbada a, en effet, reconnu que le prix du pain est un problème réel qu’il faut absolument traiter. M. Mustapha Benbada a mis en exergue «la disponibilité de son département à dialoguer avec les représentants des boulangers pour traiter d’une manière globale ce problème sensible.» Dans ce sens, le ministre a annoncé la convocation pour demain de la commission  chargée d’effectuer une évaluation réelle du prix du pain  pour remettre les conclusions de leur travail, précisant que le rapport que présentera cette commission neutre sera remis au gouvernement, seul habilité à décider des suites à donner à ce dossier. « Le ministre du Commerce n’est pas en mesure d’accéder à la demande d’augmentation du prix du pain formulée avec insistance par les boulangers», a-t-il encore souligné, en annonçant que la synthèse des travaux de la commission chargée de l’évaluation du coût réel du pain sera soumise au gouvernement. «Ça fait plus d’une année que nous faisons des efforts pour traiter rationnellement ce problème de marge bénéficiaire des boulangers», a enchaîné le ministre du Commerce pour signifier que le gouvernement a réellement pris en charge cette problématique, avant de rappeler les multiples mesures en faveur de cette catégorie professionnelle, notamment la baisse du taux de l’indemnité forfaitaire unique (IFU), la suppression de la taxe sur l’environnement et des facilités pour l’acquisition de groupes électrogènes. Tout en estimant que la baisse du prix du quintal de farine de 2.000 à 1.500 dinars serait «une décision dangereuse qui aggravera le gaspillage qui a déjà atteint des proportions insupportables», le ministre du Commerce a laissé entendre que la solution technologique, à savoir l’augmentation du taux de l’extraction de la farine à partir du blé tendre, qui n’est actuellement que de l’ordre de 72% sur un quintal, alors que ce dernier peut donner jusqu’à 85%, sera une solution juste qui permettra de maintenir le prix du pain à son niveau actuel. Le ministre du Commerce a, toutefois, relevé que l’utilisation de la farine extraite à hauteur de 85% d’un quintal du blé tendre, une farine riche en fibres nutritives, demande un accompagnement des boulangers qui ne maîtrisent pas le mode d’utilisation de ce produit qui est, par contre, largement utilisé par plusieurs pays. Il a également rappelé que 50% des quantités de farine subventionnées par l’Etat n’étaient pas utilisées dans la fabrication du pain, mais dans d’autres produits, notamment la pâtisserie, grâce auxquelles les boulangers compensent largement la faible marge bénéficiaire concernant le pain. Enfin, le représentant du gouvernement a indiqué qu’il faut à présent s’intéresser au problème d’hygiène alimentaire qu’à celui du coût du pain.
Bel. Adrar


Adhésion de l’Algérie à l’OMC
12e round vers la fin de l’année

M. Mustapha Benbada, ministre du Commerce, a tenu, hier, à apporter un démenti à l’information rapportée par certains organes de presse faisant état que 34 pays ont posé des questions concernant l’adhésion de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), lors du 11e round des négociations qui a eu lieu le 5 avril à Genève. «C’est faux et c’est même le contraire qui a eu lieu», a-t-il insisté, en précisant que, lors du dernier round, l’Algérie à eu « un soutien extraordinaire » de 34 pays membres de l’OMC, notamment la Chine, la Russie, le Brésil, le Venezuela… “Ces pays sont intervenus pour soutenir l’adhésion de notre pays à l’OMC, et non pas pour poser des questions concernant notre adhésion comme rapporté par certains organes de presse”, a souligné le ministre du Commerce, en annonçant que l’Algérie transmettra des réponses aux questions posées par certains pays lors de ce 11e round des négociations le 15 juillet prochain, alors que les pays ayant posé ces questions se doivent de les remettre à l’Organisation mondiale du commerce au plus tard le 10 mai prochain. «L’Algérie transmettra ses réponses aux questions posées le 15 juillet pour éventuellement prévoir le 12e round du processus de son adhésion à l’OMC en automne prochain», a par ailleurs insisté le ministre du Commerce, en précisant que notre pays prépare sereinement ce prochain round de ce processus de négociations qui est «d’ordre technique».
 B. A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions