mercredi 23 septembre 2020 09:43:04

Dar El Imam : Les imams et leur contribution à la culture et au savoir

Au-delà de leurs missions traditionnelles de conduite des prières, d’enseignement coranique et d’orientation religieuse, les imams se livrent aussi à des études et recherches en sciences religieuses, les incitant, parfois, à publier leurs travaux et par conséquent, atteindre la notoriété qu’ils méritent

PUBLIE LE : 02-04-2013 | 23:00
D.R

Au-delà de leurs missions traditionnelles de conduite des prières, d’enseignement coranique et d’orientation religieuse, les imams se livrent aussi à des études et recherches en sciences religieuses, les incitant, parfois, à publier leurs travaux et par conséquent, atteindre la notoriété qu’ils méritent. A l’instar de l’éminent savant réformateur Mohamed Abdou, et plus près de nous, cheikh Abdelhamid Benbadis, dont l’Algérie s’apprête à célébrer  « la journée du Savoir », le 16 avril prochain, à titre d’hommage perpétuel de la nation à ce grand savant musulman qui a consacré sa vie à l’enseignement et l’éducation religieuse de plusieurs générations d’algériens, dans les mosquées, et à travers ses innombrables écrits (journaux et livres), nos imams dont nombre d’entre eux ont un niveau universitaire, sont aujourd’hui interpellés pour contribuer, par leurs réflexions et idées, par leurs écrits aussi, à enrichir les débats qui agitent la vie publique, via les médias ou internet. Telles sont les grandes lignes de l’allocution du ministre des Affaires religieuses et du Wakf, M. Bouabdallah Ghlamallah, à l’ouverture du colloque national sur les imams qui se sont fait connaître par leurs écrits et leurs esprits créatifs, hier à Dar El Imam de Mohammadia, Alger. Dans ce contexte, le ministre a rappelé le rôle et les missions de l’imam, avant d’exprimer sa satisfaction à l’égard de l’amélioration constante du niveau d’étude de nos imams, leur permettant de faire face aux vives préoccupations des citoyens et partant, mettre en échec les manœuvres sournoises et les tentatives de division des rangs de la société. Il a ajouté que c’est grâce aux nombreux imams du pays, que le 3e pilier de l’islam, en l’occurrence la zakat, est bien respecté par les citoyens, sans manquer d’écorcher  au passage certains médias qui ont dénoncé des pratiques non conformes à la bonne morale de l’islam, suite aux premières conclusions d’une enquête du ministère des Finances relative aux pratiques de ce rite. Dr Bouabdallah Ghlamallah devait ensuite revenir sur le rôle et la place de la mosquée dans la société aujourd’hui, en soulignant particulièrement sa précieuse contribution au retour de la paix et de la stabilité dans le pays, au renforcement de la cohésion sociale. Il a encore ajouté qu’à l’instar de leurs aînés, les  moudjahidine, qui se sont sacrifiés pour la libération et l’indépendance de l’Algérie, les imams, parmi lesquels figurent de nombreux universitaires, sont aujourd’hui interpellés pour participer à la défense et la préservation de la mosquée en sa qualité de lieu de prières et de méditation, d’espace de culture islamique et d’enseignement contre toutes sortes de déviations et autres idées étrangères à nos convictions religieuses.  
Les travaux se sont ensuite poursuivis dans la salle, permettant à nombre de cadres et responsables du ministère d’aborder la problématique de cette manifestation, et partant, rappeler à ces élites religieuses, la nécessité de s’intéresser aux préoccupations et débats qui occupent la scène publique, sans se dérober au rôle et missions de l’imam dans la mosquée, la société.
Mourad A.  
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions