lundi 28 septembre 2020 01:53:47

Corruption et malversations : Un P/APC et des employés d’OPGI sous les verrous

La corruption s’est décidément ancrée dans les mœurs de certains de nos responsables, notamment au niveau des collectivités locales où les manœuvres basses sont de plus en plus légion.

PUBLIE LE : 30-03-2013 | 23:00
D.R

La corruption s’est décidément ancrée dans les mœurs de certains de nos responsables, notamment au niveau des collectivités locales où les manœuvres basses sont de plus en plus légion. La dernière affaire en date remonte à quelques jours et l’acteur n’est autre que le maire d’Ain-Dzarit (Tiaret) qui a été mandaté par toute une population pour servir leurs intérêts, non pour se servir.
Tout a commencé, selon la cellule de communication de la gendarmerie nationale, lorsqu’un entrepreneur décide de déposer plainte contre le P/APC, l'accusant de lui avoir exigé la somme de trois millions de centimes en contrepartie du projet de construction d'un château d'eau au village Trefas de la même commune. Une fois mis au courant des agissements du mis en cause, les gendarmes  tendent une souricière qui a conduit à l'interpellation de l'élu à l'intérieur de son bureau en flagrant délit de perception de ladite somme.
Présenté devant la justice, le maire d’Ain-Dzarit a été placé en détention préventive pour corruption.
A Bordj Bou Arréridj, c’est en revanche une affaire de malversations qui a été élucidée par les gendarmes de la section de recherches de BBA lesquels ont réussi récemment à mettre en échec un réseau composé de responsables d’OPGI, d’un bureau d’études et d’entrepreneurs. Leur sport favori ? Le détournement de deniers publics et autres trafics du genre faux et usage de faux.
Chargés de superviser deux projets de réalisation de 36 logements sociaux chacun à Mansourah, octroyés à deux entrepreneurs, des responsables de l’OPGI et du bureau d’études ont signé les PV de réception malgré la non-conformité des travaux et le non-respect des conditions portées sur les cahiers de charges. Ce sont en tout cas les conclusions de l’enquête diligentée par la gendarmerie nationale pendant plusieurs jours. Présentés devant la justice pour faux et usage de faux et détournement de deniers publics, 5 des mis en cause, dont deux responsables de l’OPGI de BBA et les deux entrepreneurs ont été placés en détention préventive.
S. A. M.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions