mardi 29 septembre 2020 16:17:16

Selon une étude du CENEAP : L’illettrisme baissera de 10% en 2018

L’étude du Ceneap sur l’alphabétisation en Algérie, rendue publique cette année, précise que le taux d’illettrisme se situera à la fin de l’année scolaire en cours (2012-2013) autour de 18 % contre 22% en 2008.

PUBLIE LE : 16-02-2013 | 23:00
D.R

L’étude du Ceneap sur l’alphabétisation en Algérie, rendue publique cette année, précise que le taux d’illettrisme se situera à la fin de l’année scolaire en cours (2012-2013)  autour de 18 % contre 22% en 2008. Celui-ci baissera à moins de 12% dans les prochaines années.
En effet, selon les prévisions de cet organisme, le taux de 22% fixé au dernier recensement de 2008 baissera à 12% au recensement général de la population qui aura lieu en 2018, soit dans quatre ans. Un pourcentage qui est nettement important par rapport à la plupart des pays du tiers-monde et les pays arabes qui enregistrent respectivement un taux de 26 % et 35 % pour la même période.
Ceci a été accompli grâce aux efforts des instances officielles et des associations de la société civile, telle qu’Iqraa, dans la lutte contre l’analphabétisme, qui culminait, à l’aube de l’indépendance à un taux de 85% d’illettrés.
Ce dernier, faut-il le rappeler, ne dépassait pas les 14% avant 1830. Le chiffre a galopé à 94% en 1948. « Face à cette situation catastrophique et à la propagation du phénomène, l’association des ulémas a tiré la sonnette d’alarme pour sauver l’identité des Algériens.
Grâce aux efforts des zaouias et des écoles coraniques, le taux d’analphabétisme avait reculé de 85% avant 1962 », selon le rapport du Ceneap.
Dès 1963, les autorités nationales se sont attelées à lutter contre l’analphabétisme en mettant en place différents programmes.
La campagne a commencé en milieu professionnel, pour s’étendre trois décades plus tard à la femme et la jeune fille, notamment dans les zones rurales. Il est établi, en effet, que les populations des villes de l’intérieur du pays, particulièrement les petites filles, sont défavorisées en matière d’accès à l’école, et ce, malgré l’existence d’une loi qui rend obligatoire la scolarisation des enfants de 6 à 16 ans.
En 2007, l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement pour adultes (ONAEA) pilote un plan d’alphabétisation qui vise en premier lieu la femme et la jeune fille, âgées de 15 à 49 ans. Le programme a permis de réduire encore davantage la part de l’illettrisme au sein de  cette tranche de la population.
Pour cette année (2013), l’organisme se prépare à prendre en main quelque 1.620.000 nouveaux inscrits dans les classes d’alphabétisation (1.222.124 dans le premier niveau et 397.876 dans le deuxième niveau). Quant à l’association Iqraa, elle a contribué, depuis sa création dans les années 1990, à apprendre à lire et à écrire à 1.454.000 personnes. Pour ce qui du nombre d’inscrits actuellement, il avoisine les 138.000 apprenants.
S. SOFI

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions