jeudi 24 septembre 2020 19:29:46

Bilan de la badr : Un bénéfice de 10,2 mds de DA en 2011

L'Etat subventionne le renouvellement des moissonneuses-batteuses

PUBLIE LE : 20-07-2012 | 23:00
D.R

Le résultat net de la Banque de l'agriculture et  du développement rural (BADR) s'est établi à 10,2 milliards (mds) de DA en 2011  contre 10 mds de DA en 2010, confirmant les performances réalisées par la banque depuis 2009 après plusieurs années de déficit, a annoncé jeudi son PDG, M. Boua-  lem  Djebbar. «Nous avons réalisé 10,2 mds de DA en 2011, un résultat stable par rapport  aux 10 mds de DA de 2010, de loin supérieur aux 1,4 mds de DA de 2009, confirmant la résorption du déficit de la banque cumulé depuis plusieurs années», a précisé  à l'APS M.Djebbar. «Cette année, nous avons mis fin à notre déficit, nous enregistrons même des excédents. Ce résultat améliore les capacités des fonds propres de la banque», s'est réjoui M. Djebbar. Le total bilan de la banque est passé quant à lui de 811 mds de DA à  921 mds de DA, en hausse de 13%, selon le dirigeant de la BADR. Les fonds propres de la banque se sont élevés à 65 mds de DA en  2011, alors que ses ressources ont augmenté de 121 mds à environ 740 mds de DA contre 618 mds de DA en 2010. Les financements de la BADR ont enregistré un boom en 2011 avec une  évolution de 30% de l'encours des engagements de la banque à 603 mds  de DA de crédits accordés à fin 2011.           
Le montant des crédits autorisés en 2011 a été très important, dépassant les 400 mds de DA, dont 50 mds de DA entrant dans le financement des dispositifs ANSEJ, CNAC, ANGEM. Le financement agricole dans le cadre de ces dispositifs a avoisiné les 22 mds de DA pour plus de 10.000 projets, selon le bilan de la banque.
La BADR, une banque mise en place pour accompagner le développement de l'agriculture, consacre depuis 2005 environ 80% de ses fi- nancements au secteur  de l'agriculture, au développement rural ainsi qu'à l'industrie agroalimentaire. Le financement de la production agricole «pure» représente 10  à 15% de son portefeuille. Par ailleurs, le financement de la campagne céréalière 2011/2012 par le crédit R'fig à taux zéro a totalisé 7,5 milliards de DA accordés à 8.000 céréaliculteurs, alors que les crédits octroyés à l'OAIC au titre de cette campagne  ont atteint 45 mds de DA contre 42 mds de DA en 2010/11.          
«Nous visons des objectifs en matière de financement de l'agriculture en incitant le secteur à les consommer», commente le dirigeant de la  BADR.          
Ces conditions ont été améliorées grâce aux nouvelles décisions de la  loi fondamentale sur l'agriculture, qui a prévu la concession comme mode d'ex- ploitation  agricole.
M. Djebbar affirme également que le financement de l'agriculture est  mieux structuré, et obéit actuellement à des normes «orthodoxes», qui prennent  notamment en considération les règles pruden- tielles.          
Les normes de financement de la BADR sont plus adaptées aux agriculteurs, en tenant compte de leur spécificité, a-t-il estimé, citant les systèmes de bonification des crédits, l'encouragement des PME agricoles et la création d'un fonds de garantie des crédits agricoles. Forte d'un réseau de 295 agences, la BADR va également ouvrir 40 nouvelles  agences, selon son PDG.

-------------------------

L'Etat subventionne le renouvellement  des moissonneuses-batteuses
L'acquisition de nouvelles moissonneuses-batteuses sera financée à hauteur de 70% par l'Etat, un financement orienté vers le renouvellement du parc national vétuste et à l'origine de pertes importantes de récoltes, a indiqué jeudi le PDG de la BADR, M. Boualem Djebbar. «Les pouvoirs publics ont décidé d'attribuer un soutien spécifique pour inciter les propriétaires à renouveler leurs machines», a souligné dans une  déclaration à l'APS M. Djebbar. Selon lui, chaque agriculteur qui accepte de remplacer sa  machine aura droit à un soutien de l'Etat de 7 millions de DA, soit 70% de son prix, dont 1 million de DA comme prime à la casse. La BADR, quant à elle, financera les 30% restants, sous forme  de crédits ou de leasing, a-il ajouté. Le parc national de moissonneuses-batteuses compte plus de 9 000 machines dont la majorité sont à un âge très avancé. Selon le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, M. Rachid  Benaissa, certains céréaliculteurs utilisent des machines vieilles de 50 ans,  qui sont à l'origine de pertes jusqu'à 20% des moissons et d'incendies ravageurs. M. Djebbar a assuré que la BADR est prête à répondre aux demandes des  céréaliculteurs qui veulent renouveler leurs machines pour la prochaine campagne  céréalière. La BADR finance également par leasing l'acquisition de tout type de  machinisme agricole. En 2009, la banque avait signé une convention de 8 milliards de DA avec  l'OAIC et l'Entreprise nationale de commercialisation du matériel agricole pour financer l'acquisition de 500 moissonneuses-batteuses et des équipements agricoles au profit des coopératives des céréales et de légumes secs.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions