mardi 29 septembre 2020 18:24:28

Alors que les médicaments sont disponibles au niveau de la PCH : Les représentants des associations des malades chroniques dénoncent certaines pratiques dans les CHU

Les représentants des associations des malades chroniques ont crié hier leur colère pour dénoncer des pratiques scandaleuses constatées au sein des hôpitaux.

PUBLIE LE : 30-06-2012 | 23:00
Ph. : Nacéra

Les représentants des associations des malades chroniques ont crié hier leur colère pour dénoncer des pratiques scandaleuses constatées au sein des hôpitaux. Ils accusent certaines parties de détournement de médicaments et d’appareils pour obliger les patients à se diriger vers les cliniques privées.
Le coordinateur du réseau des associations des malades chroniques et président de l’association SOS hépatite, M. Abdelhamid Bouallag, a estimé hier, lors d’une conférence de presse tenue au siège de son association à Alger, que certains chefs de service au niveau des centres hospitaliers sont à l’origine de la pénurie de médicaments, soulignant que ces derniers ne remettent pas leur commande de médicaments à la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) à temps. Selon M. Bouallag, «la polémique de rupture de stock des médicaments a été créée par certains afin de détourner l’attention vers ce problème au détriment des malades, alors qu’en réalité, les médicaments sont disponibles au niveau de la PCH». «Nous nous sommes rendus à la PCH avec la liste des 150 médicaments manquants. Nous avons fait sur place le pointage. Nous avons constaté, effectivement, que tous les traitements ont été achetés et en grandes quantités», affirme M. Bouallag. Toutefois, l’orateur a appelé la PCH à revoir sa stratégie de gestion précisant à ce titre qu’il existe un dysfonctionne- ment au niveau de cette dernière. «Il y a quelques années, la PCH ne gérait que 3 milliards de dinars. Aujourd’hui elle gère plus de 40 milliards de dinars avec les mêmes moyens et le même effectif. D’où la nécessité d’une réorganisation de sa stratégie de fonctionnement», a-t-il expliqué. S’agissant des relations des associations des malades chroniques avec le ministère de la Santé, M. Bouallag a fait savoir que celui-ci leur a ouvert ses portes et que des réunions périodiques sont tenues avec la tutelle afin de transmettre les préoccupations des malades, dont la prise en charge adéquate reste l’ultime préoccupation de ces association, selon M. Bouallag. Le représentant le l'Association nationale des insuffisants rénaux, Mohamed Boukhars, a jeté un véritable pavé dans la mare en révélant que des praticiens peu scrupuleux ont provoqué sciemment la rupture des médicaments pour que leurs prix atteignent des prix exorbitants. D'autre part, «certains détournent ces appareils vers le secteur privé où les services sont proposés à des prix faramineux», a-t-il déclaré lors d'une rencontre organisée au siège du ministère de la Santé. Ces médecins, relève le porte-parole des insuffisants rénaux algériens, cherchent à empêcher «les malades de bénéficier des soins à titre gracieux dans les centres hospitaliers publics». Il convient de rappeler que 140 tonnes de médicaments ont été envoyées au cours de cette semaine par la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) à toutes les structures de santé du pays qui seront ainsi approvisionnées pour la période de l'été et jusqu'à la rentrée sociale. Le directeur de la PCH, Dr Chérif Delih, a affirmé à cette occasion que cette initiative, ladeuxième du genre, fait suite aux instructions du ministre de la Santé, M. Djamel Ould  Abbès, car certaines wilayas du littoral connaissent un afflux important de citoyens, qui nécessite une prise en charge spéciale durant la saison estivale.
Le même responsable a indiqué qu'en raison de la hausse des températures que connaît cette saison et de la vulnérabilité des enfants et des personnes âgées, le ministère de la Santé, en col- laboration avec la PCH, a doté les établissements de santé en médicaments, en sérum et en sels de réhydratation pour faire face la déshydratation chez ces catégories de personnes. Il a souligné que l'opération d'approvisionnement habituel de ces structures en médicaments se poursuit durant l'été, le mois de ramadhan et jusqu'à la rentrée sociale. Initiée par le ministère de la Santé pour la deuxième année consécutive,  cette opération intervient dans le cadre de la prise en charge sanitaire des citoyens durant cette période de l'année.
Salima Ettouahria
 

  • Publié dans :
  • CHU
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions