samedi 26 septembre 2020 01:56:13

Benbouzid, à propos de la généralisation de la langue amazigh : “Trois instituts universitaires seront ouverts prochainement”

L’école peut jouer un grand rôle dans la préservation des cerisaies

PUBLIE LE : 08-06-2012 | 23:00

Le rôle des parents d’élèves dans la réussite scolaire de leurs enfants, largement mis en évidence à Tizi Ouzou par le ministre de l’Education, wilaya qui comptabilise 80% de réussite au bac.
 M. Boubekeur Benbouzid, ministre de l’Education nationale, a déclaré,  lors de son déplacement jeudi à Tizi Ouzou, au cours du dernier jour des épreuves du baccalauréat, que la généralisation de l’enseignement de l’amazigh «se fera progressivement». Il relève que les «consultations avec le département de l’Enseignement supérieur sont en cours». Objectif fixé : «Ouverture des instituts universitaires à Batna, Khenchela et Ghardaïa».
Il dira dans ce contexte que «la généralisation de l’enseignement de tamazight est tributaire  de la disponibilité des formateurs en quantité et en qualité suffisantes». Ajoutant que son département «est prêt à mettre tous les moyens matériels, humains et financiers pour la promotion de la langue tamazight et la généralisation de son enseignement à l'échelle nationale. Tamazight est une langue nationale et nous allons consentir davantage d'efforts pour sa promotion», a-t-il expliqué
Cette édition du baccalauréat dans la wilaya de Tizi Ouzou s’est singularisée dans cette immense région par  le fait qu’elle compte 1925 candidats concernés par l’épreuve de l’amazigh,  matière absente avant l’année 2007 à cet examen. S’exprimant sur la contribution des parents d’élèves dans la réussite scolaire des élèves, il a tenu à souligner que «les  associations de parents d’élèves sont un partenaire incontournable de l’école». D’ailleurs, pour- suivra-t-il, «c’est grâce à l’accompagnement et le suivi des études de leurs enfants à domicile, ou par leur apport indéniable à l’école par le biais de leurs associations que les enfants ont eu plus d’opportunités pour réussir dans leur cursus scolaire».
Pour appuyer ses dires, il a cité à titre d’exemple le cas de la wilaya de Tizi Ouzou où, selon lui, «le partenariat bénéfique instauré entre les associations de  parents d’élè-ves et l’école dans le cadre des réformes insufflées au secteur, a été, pour une grande part, dans les résultats prometteurs engrangés durant ces derniè-res  années».  Il faut dire que la wilaya de Tizi Ouzou s’est classée à la première place en matière de réussite à l’examen du baccalauréat au niveau  national, durant quatre années de suite, depuis 2008 et en obtenant un taux de réussite de plus de 80% pour l’édition de l’année écoulée. Un taux qui n’était  que de 20% en 2000. «Les 75 % de réussite au bac et 85% au BEM, 90 à la sixième, sont la  preuve que ces résultats sont également dus à l’apport  des parents d’élèves», a-t-il ajouté.
Néanmoins, comme le signalera le ministre, le contraire est aussi valable. «Il existe également une corrélation étroite entre l’échec scolaire et la démission des parents.»                   
Makhlouf Aït Ziane

L’école peut jouer un grand rôle dans la préservation des cerisaies
Lors de sa visite à la wilaya de Tizi Ouzou, le ministre de l’Education nationale, M. Boubekeur Benbouzid, a inauguré la septième édition de la fête de la cerise de la commune montagneuse de Larbaa n’Ath Irathen. Cette importante manifestation qui s’étalera trois jours consiste en particulier en une exposition-vente de ce fruit typique  à  cette région. La manifestation regroupe une vingtaine d’agriculteurs producteurs. En marge de sa visite  à ce salon,       M. Benbouzid à souligné que «l’école peut jouer un grand rôle dans la préservation des cerisaies en sensibilisant sur les facteurs de dégradation des vergers tels que le problème de la pollution». Il a cité à titre d’exemple la cerisaie de Constantine qui est décimée par les poussières dégagées par la cimenterie de cette wilaya. Pour sa part, le président de l’APC de Larbaa n’Ath Irathen a souligné que les agriculteurs locaux font face au problème du capnode et à l’indisponibilité des plants de cerisier.  Il y a lieu de souligner que la superficie actuelle occupée par le cerisier au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou est de 1196 ha, dont seulement 911 productifs. Le reste de la cerisaie  a été détruit par le capnode ou comporte des arbres très âgés qui ne sont plus productifs.
M. A.-Z.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions