lundi 21 septembre 2020 00:32:02

Mobilisation mondiale urgente contre un pathogène ultra-résistant

Des infectiologues ont tiré la sonnette d'alarme sur l'appariton d'un nouveau pathogène résistant quasiment à tous les antibiotiques existants, apparu récemment dans le sous-continent indien, requierant une mobilisation mondiale urgente.

PUBLIE LE : 15-09-2010 | 20:07
D.R

Des infectiologues ont tiré la sonnette  d'alarme sur l'appariton d'un nouveau pathogène résistant quasiment à tous les  antibiotiques existants, apparu récemment dans le sous-continent indien, requierant  une mobilisation mondiale urgente.         
 "Il y a urgence d'une part à mettre en place un système de surveillance  international dans les prochains mois, et d'autre part à tester tous les   patients admis dans un système de santé" dans le plus grand nombre possible  de pays, a expliqué le Dr Patrice Nordmann, de l'Hôpital Bicêtre près de Paris.          
Le Dr Nordmann participe à la 50e conférence annuelle de l'ICAAC   (Interscience Conference on Antimicrobial Agents and Chemotherapy), plus grand  colloque sur les maladies infectieuses qui réunit du 12 au 14 septembre quelque  12.000 spécialistes à Boston (Massachusetts, nord-est).          
"Ces mesures sont discutées très  sérieusement au Japon, à Singapour et en Chine", a précisé le Dr Nordmann.          "Pour l'instant on ne sait pas encore la rapidité d'expansion du phénomène  (...), s'il s'agit de mois ou d'années, mais ce qui est certain c'est que ça  va se diffuser (...), c'est un peu comme une bombe à retardement", a-t-il dit,  soulignant l'énorme réservoir que représentent pour ce pathogène les 1,3   milliard d'habitants du sous-continent indien et leur importante diaspora.          
Ce "super-pathogène" appelé NDM-1 (New Delhi metallo-lactamase-1) est  apparemment originaire d'Inde et a été détecté pour la première fois en 2007  en Grande-Bretagne.         
 Il est venu à l'attention des médias à la suite d'une étude publiée  en août dans la revue médicale britannique The Lancet.          
Cette recherche expliquait que ce nouveau pathogène a été ramené en  Grande-Bretagne par des "médico-touristes" (patients se faisant opérer à   l'étranger) revenant d'Inde.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions