dimanche 27 septembre 2020 19:13:34

Fête de la victoire : Les moudjahidine à la rencontre des jeunes

Rehaussée par la présence des valeureux des moudjahidine Ahmed Mahsas et Lakhdar Bouregaâ, la rencontre a permis à la nombreuse assistance présente de se rappeler la lutte héroïque du peuple algérien et les lourds sacrifices consentis sept ans et demi durant en vue de recouvrer ses droits à la liberté et à l’indépendance.

PUBLIE LE : 23-03-2012 | 23:00
Ph. T. Rouabah

La célébration du double anniversaire de l’indépendance nationale (50e) et de la Fête de la victoire (19 Mars) a été marquée, jeudi dernier à Médéa, par l’Organisation d’une rencontre débat entre les moudjahidine de la Wilaya 4 historique et les jeunes des 9 wilayas du centre du pays, faisant partie de la caravane culturelle et historique, mise sur pied par le ministère de la Jeunesse et des Sports, avec la participation de l’association Machaâl Echahid.
Rehaussée par la présence des valeureux des moudjahidine Ahmed Mahsas et Lakhdar Bouregaâ, la rencontre a permis à la nombreuse assistance présente de se rappeler la lutte héroïque du peuple algérien et les lourds sacrifices consentis sept ans et demi durant en vue de recouvrer ses droits à la liberté et à l’indépendance.
Prenant la parole à cette occasion, le commandant Lakhdar Bouragaâ, ncien dirigeant de la Wilaya IV historique, a donné au bref aperçu sur la Révolution de Novembre dans cette vaste région du pays, en mettant en relief nombre de caractéristiques qui ont contribué à sa réussite, en premier lieu la volonté et la détermination du peuple algérien à se libérer du joug colonial, à s’autodéterminer. L’intervenant a rappelé à cet égard les étapes traversées par la Révolution au niveau de la Wilaya IV historique, les conditions très difficiles rencontrées par les moudjahidine sur le terrain face à la 4e armée du monde, surtout durant les 4 grandes opérations menées par les forces d’occupation dans la région, considérant le peu de moyens et d’armes aux mains de maquisards.
Le commandant de l’ALN a ensuite précisé que les moudjahidine de la Wilaya IV historique étaient au nombre de 6.530 en 1956 et qu’ils disposaient d’armes légères, de 454 fusils mitrailleurs, de 80 kg de TNT et de deux canons, dont l’un n’avait pas de munitions. Malgré cela, les moudjahidine se sont illustrés de fort belle manière dans les batailles et accrochages avec l’ennemi colonial. Leur nombre total n’est pas connu à ce jour, selon Si Lakhdar Bourgaâ, avant de rappeler le souvenir du glorieux chahid Si M’hamed Bougara, chef de la Wilaya IV historique, et des derniers instants de leur rencontre, avant la mort de Si M’hamed au champ d’honneur à Ouled Bouacha, sans laisser de trace (sa dépouille est introuvable à ce jour). Il a ajouté que durant la période 1958-1962, 80% des moudjahidine sont tombés au champ d’honneur, au niveau de la wilaya historique,victimes de bombardements et d’accrochages avec la soldatesque coloniale, présente en force.
Sollicité par l’assistance sur la réaction des moudjahidine, à l’annonce du cessez-le-feu le 19 mars 1962, le commandant de l’ALN a répondu que la nouvelle a eu un effet particulier sur les maquisards. Aujourd’hui, 50 ans sont passés depuis cet événement phare dans l’histoire du pays, a déclaré Si Lakhdar Bougraâ en recommandant aux jeunes des wilayas du Centre de perpétuer le message des chouhada et des moudjahidine, en contribuant par leurs efforts et leurs connaissances au développement et à la prospérité de l’Algérie, leur pays.
La rencontre s’est poursuivie par l’organisation d’une cérémonie de remise de cadeaux symboliques aux moudjahidine et aux responsables du secteur de la jeunesse des wilayas présentes. A cette occasion, l’association Machaâl Echahid s’est distinguée en honorant le moudjahid Ahmed Mahsas, un des architectes de la glorieuse Révolution de Novembre, ainsi que Si Lakhdar Bougraâ un des dirigeants de la Wilaya IV, notamment.
La visite de l’ex-capitale du Titteri, Médéa, s’est clôturée par un tour au musée des arts et traditions populaires de la ville, appelé Dar El Emir (ancienne résidence du dey, devenue ensuite le siège de l’administration de l’émir Abdelkader) où les participants à la caravane culturelle et historique de la Wilaya IV ont pu admirer les produits et instruments de tissage, broderie, poterie traditionnelle, les costumes et même une épée de l’illustre chef d’Etat, remise au musée par une famille de la région.
Mourad A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions