mardi 22 septembre 2020 21:43:40

Education - formation : Le projet de statut particulier présenté le 8 mars au gouvernement

La mouture finale du statut particulier de l’éducation qui devait être finalisée mercredi dernier au cours de la réunion entre les responsables du ministère de l’Education nationale et les sept syndicats agréés du secteur, a été rejetée par ces derniers qui ont relevé n’avoir pas approuvé ce texte établi par les services de tutelle car « elle contient des lacunes, notamment en ce qui concerne la gestion de la carrière des enseignants ».

PUBLIE LE : 02-03-2012 | 23:00

La mouture finale du statut particulier de l’éducation qui devait être finalisée mercredi dernier au cours de la réunion entre les responsables du ministère de l’Education nationale et les sept syndicats agréés du secteur, a été rejetée par ces derniers qui ont relevé n’avoir pas approuvé ce texte établi par les services de tutelle car « elle contient des lacunes, notamment en ce qui concerne la gestion de la carrière des enseignants ». Un sujet qui a suscité le mécontentement des partenaires sociaux et qui a poussé au report de la présentation de ce projet devant le gouvernement à jeudi prochain.
Contacté à la fin de la réunion, le secrétaire général du SNAPEST, Méziane Meriane, a indiqué «un seul point a été retenu à l’ordre du jour à savoir la finalisation des suggestions des différents partenaires sociaux sur le statut particulier des travailleurs du secteur. Des propositions ont été formulées au cours de cette rencontre avec les responsables centraux. On procédera à la rédaction de la mouture finale au cours de la semaine prochaine avant sa présentation au gouvernement avant la fin mars. »
Pour sa part M. Nouar Larbi, secrétaire général du Conseil national des professeurs de l’enseignement secondaire et technique  (Cnapest) a estimé que ladite mouture a répondu aux revendications des enseignants «dans la forme seulement». Le texte qui sera, une fois finalisé, présenté à la direction de la Fonction publique et au gouvernement a porté la création d’un nouveau grade, à savoir le grade de professeur-formateur. Toutefois, précise le SG du Cnapest, il n’y a pas eu d’accord sur la classification. Selon lui, l’enseignant doit passer des catégories 15 à 17 en respectant la grille de salaire, alors qu’il n’est actuellement qu’aux catégories 13, 14 et 15.
L’autre point, qui n’a pas trouvé écho dans cette mouture, est l’intégration des enseignants de l’enseignement technique dans le même grade que les enseignants du secondaire qui devraient passer de la catégorie 11 à  la catégorie 13. De son côté le secrétaire général de la FNTE-UGTA (Fédération nationale des travailleurs de l'éducation), M Ferhat Chebakh, a souligné que son syndicat a « arraché pas mal d’acquis ». Il estime que  pour la première fois, le ministère de la tutelle « a répondu très favorablement à la plate-forme présentée par la FNTE. Mais ce qui est important aussi, c’est le fait d’avoir de nouveaux postes au niveau du secteur et dans les différents cycles d’enseignements ». M. Chebakh cite dans ce contexte, la création du poste de professeur formateur de l’école primaire, le post de professeur du moyen et du poste de censeur au niveau du collège qui s’occupera de la pédagogie. « Avec toutes ces propositions le secteur connaîtra plus de stabilité à l’avenir », a-t-il notamment indiqué.     
Sarah SOFI

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions