samedi 19 septembre 2020 10:27:22

Liste de logements contestée à Laghouat : 28 indus bénéficiaires décelés après enquête

Vingt huit "indus" bénéficiaires ont été décelés sur la liste contestée des 190 logements de Laghouat à la suite d'enquêtes sécuritaire et administrative, réalisées aux niveaux local, régional et national, et sur la base du fichier national du ministère de tutelle, a-t-on appris jeudi auprès de l’OPGI.

PUBLIE LE : 27-01-2012 | 23:00

Vingt huit "indus" bénéficiaires ont été décelés sur la liste contestée des 190 logements de Laghouat à la suite d'enquêtes sécuritaire et administrative, réalisées aux niveaux local, régional et national, et sur la base du fichier national du ministère de tutelle, a-t-on appris jeudi  auprès de l’OPGI. Ces "indus" bénéficiaires de logements destinés à la résorption de l’habitat précaire "devront libérer leurs logements", a précisé la même source. Il s’est avéré, d'après ces enquêtes, que ces 28 bénéficiaires avaient,  par le passé, déjà bénéficié d’aides à l’habitat rural ou disposent de terrains à bâtir, dans les wilayas de Laghouat et de Djelfa, a ajouté la même source. Selon toujours l’OPGI, des dispositions seront prises de "façon imminente" pour faire évacuer les 28 logements en question. Le directeur par intérim de l’OPGI de Laghouat, M. Mohamed Merouane,  a indiqué, à cet égard, qu'il sera procédé, en application des instructions du wali, à la récupération des logements et à l’engagement de poursuites  judiciaires à l’encontre des "indus" bénéficiaires au cas où ils refuseraient d’obtempérer et de quitter les lieux. Les investigations se poursuivent pour éventuellement trouver des  cas similaires, a-t-il ajouté.          
Cette démarche intervient à la suite d’une rencontre du wali avec les  représentants de la société civile et des notables de Laghouat, au lendemain d'un mouvement de contestation déclenché, dernièrement au chef-lieu de wilaya,  après l’annonce d’une liste de bénéficiaires de 190 logements destinés à la  résorption de l’habitat précaire dans les zones d’Afrane et d’El-Mehafir.          
En dépit des mesures d’apaisement adoptées pour clore définitivement le dossier, quelques contestataires poursuivent encore leur sit-in au niveau d’une placette du quartier Maâmourah, a-t-on constaté.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions