samedi 26 septembre 2020 13:19:34

Heurts en Egypte : 41 morts et 3.200 blessés

Les Etats-Unis ont appelé hier à un transfert rapide du pouvoir aux mains des civils.

PUBLIE LE : 25-11-2011 | 23:00
D.R

Les  Etats-Unis ont appelé hier à un transfert rapide du pouvoir aux mains des civils.

Quarante et une personnes ont été tuées et plus de 3.200 blessés dans les affrontements entre manifestants et policiers, le ministère égyptien de la Santé citant un nouveau bilan. Au Caire, 36 personnes ont trouvé la mort au cours des violences, a précisé le ministère. Dans la même journée, le Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir en Egypte, a présenté sur sa page Facebook ses excuses pour les décès survenus au cours de la dernière série d'affrontements qui ont éclaté le week-end dernier. Le conseil militaire a affirmé qu'il déplorait ces morts et s'excusait pour « les martyrs du peuple égyptien » tués au cours des heurts, et a « exprimé ses condoléances pour les familles des martyrs à travers le pays ». Des protestataires étaient toujours rassemblés jeudi, sur la place Tahrir dans le centre du Caire, mais moins nombreux qu'au cours des derniers jours. Par ailleurs, les Etats-Unis ont appelé hier à un transfert rapide du pouvoir aux mains des civils en Egypte, à la suite des récents affrontements. « Nous croyons que la transition de l'Egypte vers la démocratie doit se poursuivre, que les élections doivent se dérouler rapidement, et que toutes les mesures doivent être prises pour assurer la sécurité et éviter les intimidations », a indiqué Jay Carney, porte-parole de la Maison Blanche, dans un communiqué. La résolution de crise en Egypte passe, selon le porte-parole, « par une solution plus en profondeur, élaborée par les Egyptiens ». « Les Etats-Unis pensent que le nouveau gouvernement égyptien doit être doté immédiatement de l'autorité véritable, a-t-il dit. Par ailleurs, des généraux du Conseil suprême des forces armées (CSFA) égyptiennes ont récusé jeudi les appels à quitter le pouvoir « dans les circonstances actuelles », estimant que cela reviendrait à « trahir le peuple ». « Le peuple nous a confié une mission et si nous y renonçons maintenant cela voudrait dire que nous trahissons le peuple », a déclaré le général Moukhtar el-Moullah lors d'une conférence de presse. « Notre but n'est pas de quitter le pouvoir ou de rester au pouvoir, mais c'est de mettre en application notre engagement vis-à-vis du peuple », a ajouté ce membre du CSFA, qui dirige le pays depuis la chute du régime de Hosni Moubarak.

Kamal El-Ganzouri chargé de former un nouveau gouvernement
Le Conseil suprême des forces armées (CSFA), qui dirige l'Egypte depuis la chute du président Hosni Moubarak en février dernier, a chargé M. Kamal El-Ganzouri, 71 ans, ancien Premier ministre, de former un gouvernement, après plusieurs jours de manifestations et d'affrontements, ont annoncé des télévisions privées égyptiennes. M. El-Ganzouri s'était démarqué du président déchu après le soulèvement populaire du début de l'année lors d'une interview, après avoir été absent pendant 11 ans des médias.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions