jeudi 24 septembre 2020 02:50:27

Procédé du calcul intensif effectif à partir de 2012 : 17 universités se doteront de cette technologie

«A partir de 2012, pas moins de 17 universités algériennes seront dotées d’un procédé inédit sur les campus, à savoir les logiciels de calcul intensif ou haute performance (HPC High Performance Computing) »

PUBLIE LE : 19-09-2011 | 23:00
D.R

«A partir de 2012,  pas moins de 17 universités algériennes seront dotées d’un procédé inédit sur les campus, à savoir les logiciels de calcul intensif ou haute performance (HPC High Performance Computing) », a indiqué hier M. Hafid Aourag, premier responsable de la direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique, relevant du département ministériel de M. Rachid Harraoubia.
S’exprimant en marge de la journée d’étude sur le calcul intensif, avec la participation de BULL Algérie, organisée au Centre de recherche sur l’information scientifique et technique CERIST à Alger, le  DG  de DGRSDT a souligné que « ce procédé est en fait composé d’un ensemble de techniques et de moyens, ordinateurs, logiciels et expertise destinés à traiter des applications complexes de simulation, conception et calcul scientifique, en faisant appel à des ordinateurs spécialisés dans le traitement rapide de gros volumes de données numériques ». Pour mieux apprécier l’étendue et les bénéfices de l’introduction de pareille technologie, il a indiqué que « le calcul haute performance est un moyen très important pour le développement socioéconomique du pays ».  Aussi, selon lui, l’Algérie était leadeur dans les années 1980,  quand elle a appliqué ce procédé dans tous les secteurs, en particulier les universités. Toutefois, comme il a eu à le déplorer, l’expérience s’est arrêtée là, puisque,aujourd’hui, aucune université ou secteur socioéconomique n’est doté d’un grand système de calcul.  Il dit, dans ce contexte, qu’actuellement cet apport technologique fait défaut à notre pays. « Malheureusement, il y a un grand retard à rattraper dans ce domaine », a-t-il regretté.
Dans ce sillage, il a souligné que « le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a pris cette initiative à son compte, afin de réhabiliter la situation, par la mise en place, entre autres, des centres de haute performance dans des universités et des secteurs socioéconomiques ». Allant plus loin dans ses explications,         M. Hafid Aourag a précisé que « les domaines d’application du calcul intensif sont nombreux : les hydrocarbures, pour la modélisation des réserves, la sismographie, et du raffinage à la distribution. Ainsi que les applications industrielles tel que mécanique des fluides, chaînes de montage, etc. ». Il a ajouté que « la  maîtrise et l’utilisation de cette nouvelle technologie est devenue aujourd’hui  incontournable. Il est devenu un outil indispensable aussi bien pour les chercheurs que les industriels et pratiquement dans toutes  les disciplines ».
Selon lui, la nature et le profil des moyens de calcul exigés par les défis scientifiques croissent de jour en jour, d’où la nécessité d’augmenter les capacités nationales de calcul, en améliorant  la puissance, la rapidité de traitement et le stockage.  Enfin, le responsable n’omet pas d’ajouter que « ce Workshop a pour objectif  de  transférer le savoir-faire dans le domaine et le transfert des technologies, ainsi que l’intégration industrielle, etc. ». Il est à noter que durant cette journée d’étude, plusieurs communications ont été présentées par des experts, entre autres celles de Jean-Marc Denis sur les approches d’accompagnement pour la maîtrise de la Cyber infrastructure pour une plate-forme nationale des services mutualisés, et de Jean-François Lavignon-Bull SAS et Ahcène Latreche, sur l’accompagnement pour le transfert des technologies et l’intégration industrielle.
Makhlouf Ait Ziane

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions