lundi 28 septembre 2020 00:25:41

Révision de la Constitution : Promouvoir une éthique de débat dans les médias

En prévision du référendum sur le projet de révision de la Constitution, prévu le 1er novembre prochain, le ministère de la Communication a annoncé qu’il y aura un large débat sur le sujet, à travers les médias.

PUBLIE LE : 16-09-2020 | 0:00
D.R

En prévision du référendum sur le projet de révision de la Constitution, prévu le 1er novembre prochain,  le ministère de la Communication a annoncé qu’il y aura un large débat sur le sujet, à travers les médias.

Quel est l'apport des médias dans le processus de débat sur la Constitution ? Comment favoriser l'émergence d'une opinion publique consciente des enjeux de moment ? Peut-on matérialiser l'exigence d'une information objective dans un environnement marqué par une explosion virtuelle sans précédent et prémunir l'opinion de toute manipulation ?
Sociologue des médias à l'université de M'sila, Boukraâ Redhouane estime qu'à travers la marge d'expression qu'ils accordent au public, «les médias constituent des espaces de délibération et permettent d’améliorer l’esprit critique et la capacité à analyser l’information». La contribution que peut apporter le champ médiatique au débat sur la Constitution part de l'idée unanimement partagée qu'il s'agit d'un projet de société qui fonde la nouvelle République, explique le sociologue, pour lequel «les Algériens doivent faire preuve de conscience quant aux défis qu'impose le contexte environnant». Pour l'universitaire, les médias ont le privilège ou presque même le monopole de véhiculer des contenus ; «rien que de ce point de vue, ils ont une assez forte responsabilité, car les mots et les images ont du pouvoir sur les récepteurs».
Il appelle, de ce fait, à «une éthique de discussion» dans l'objectif d'ouvrir un débat inclusif, qui, au-delà de la Constitution, «permettra de favoriser les valeurs susceptibles de cimenter la cohésion sociale en préservant les idéaux de l'Algérie nouvelle».
Cette éthique de discussion implique, pour le sociologue, le respect de deux exigences dans le traitement médiatique accordé au sujet de la Constitution, mais aussi des intervenants. «Il s'agit de l'honnêteté et de la transparence, et ce quel que soit le positionnement idéologique sur l'échiquier politique», a-t-il précisé. Boukraâ indique, par ailleurs, que la crise de confiance a rendu le public algérien réticent vis-à-vis des contenus des médias, «qu'il conçoit comme éléments de manipulation et de propagande», et d'ajouter qu'en se tournant vers les réseaux sociaux, «les internautes espèrent ainsi élargir la sphère de délibération et d'expression dont ils estiment être privés».
En dépit d'une expressivité généralisée à travers les médias électroniques et les plateformes de partage social, le web constitue, selon le sociologue, «un terrain miné par tous ces phénomènes des fake news, de l'intox et de la désinformation délibérées». Pour Samira Teklal, spécialiste en sociologie de la communication à l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, «les médias jouent à la fois un rôle de miroir de l'opinion de la société et de créateur d’opinion publique». Pour elle, le rôle de la presse dans la réalisation du droit à l'information est primordial, «car elle concourt largement à la formation de l'opinion et au débat démocratique».
Elle explique que le journaliste doit, pour remplir son devoir, accéder sans entrave aux sources de l'information librement, car «une information vérifiée est un élément central, ainsi que les débats et prise de décision au sein de l'espace public». Saluant le début d'un large débat sur la Constitution, la spécialiste fait savoir que «l'information ne suffit pas, le public veut comprendre et spécialement comprendre l'information dans son contexte», car, ajoute-t-elle, «plus il y a de l'information, plus les liens complémentaires entre information et savoir sont nécessaires pour comprendre la réalité». Mme Teklal conditionne la réussite du débat sur le projet de révision de la Constitution par «le respect des règles élémentaires de débat». «Les médias sont tenus de refléter convenablement la variété des points de vue et faire preuve d'objectivité vis-à-vis de tous, y compris ceux-là même qui n'adhèrent pas au projet».
«En faisant du changement un objectif dans le cadre de l'Algérie nouvelle, le Président a pu donner à de larges couches de la population un espoir et un sens de l'existence en tant que citoyens à part entière», précise la spécialiste, avant d'affirmer que c'est dans ce cadre que «les citoyens ont le droit d'être informés des évènements et des faits qui concourent à la vie de leur pays, afin de se faire une opinion et de participer au débat démocratique».
Préférant plutôt évoquer l'emprise des réseaux sociaux dans les débats au sein de la société, Wissam Boukelmoune, chercheure en communication politique à l'École supérieure de journalisme et des sciences de l'information (ENSJSI), note que «le journaliste n'exprime pas une opinion, il aide le lecteur, auditeur, téléspectateur à s'en en faire une».
La spécialiste explique que «les responsables doivent se pencher sur une approche de communication publique transparente». Il n'est pas inutile de rappeler, explique-t-elle, que «nous irons vers ce que je qualifie la communication démocratique au sein d'un espace public ouvert à des catégories sociales jusque-là marginalisées.
La liberté d'expression représente un levier réel pour agir au niveau politique». «Soyons attentifs au risque qu’une disparition des médias professionnels, avec la déontologie qui doit les caractériser, ce qui ouvre la porte à une guerre des influences où le citoyen pourrait être instrumentalisé et manipulé par les politiques ou les amateurs de tout poil, notamment sur les réseaux sociaux», prévient Mme Boukelmoune, tout en affirmant que «le public des médias dispose tout de même de certains sources propres pour interpréter les messages et contenus des médias».
Tahar Kaidi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions