lundi 28 septembre 2020 00:41:01

Commentaire : Compétence et dévouement

Dans l’allocution qu’il a prononcée, hier, à l’ouverture des travaux de la rencontre gouvernement-walis, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a abordé des dossiers importants qui sont au cœur des préoccupations les plus insistantes des citoyens.

PUBLIE LE : 13-08-2020 | 0:00
D.R
Il a réaffirmé un engagement à œuvrer sans répit afin de porter remède aux problèmes qui se posent aux citoyens. Aux responsables locaux qui font preuve de passivité ou sont incapables de prendre en charge les attentes de la population, en particulier les Algériens qui vivent dans les zones d'ombre, il a déclaré qu’ils auront à rendre compte de leur gestion. Des décisions ont déjà été prises pour mettre fin aux fonctions de certains responsables locaux jugés défaillants. «Il ne s'agit que d'un début, car nous tiendrons pour responsables tous ceux qui ne parviennent pas à résoudre les problèmes des citoyens», a-t-il affirmé. Il a dit ne pas comprendre qu'en 2020, et malgré le mouvement du Hirak béni et toutes les décisions prises par l'Etat, des images horribles heurtent la conscience. A ce propos, la télévision nationale a encore dévoilé un laisser-aller flagrant à l’égard de citoyens de l’Algérie profonde. Abdelmadjid Tebboune a déclaré que ces comportements constituent une continuation du discours négatif prôné par la «bande». Pendant la fête de l’Aïd El Adha, de nombreuses personnes furent confrontées à un insupportable manque de liquidité au niveau des bureaux de poste, des feux de forêt déclarés subitement un peu partout, des perturbations de l'alimentation en eau potable, des coupures d'électricité dans plusieurs régions.  «Ce sont des actes prémédités visant à créer l'instabilité et provoquer des problèmes entre le citoyen et les autorités publiques», avait déclaré, de son côté, le Premier ministre, M. Abdelaziz Djerad.  Abdelmadjid Tebboune a désigné la bureaucratie comme le plus grand ennemi de la société, et que la guerre contre elle sera sans merci.  Il a affirmé qu’elle est responsable du retard accusé dans le versement des allocations accordées aux personnes impactées par l’épidémie. «Alors qu’on est censé être au troisième versement, il y a des gens qui n’ont pas encore perçu la première tranche», souligne-t-il, non sans dénoncer le retard accusé dans le versement de la prime exceptionnelle décidée par l’Etat au profit des professionnels de la santé, en indemnité contre les dangers du Coronavirus. Ce sont des comportements intolérables dans la mesure où presque toutes les revendications du Hirak ont été satisfaites, que des réformes politiques, institutionnelles et économiques sont en chantier dans le but de procéder à un changement radical du mode de gouvernance. Les Algériens reconnaissent que les déficits accumulés durant de longues années ne peuvent être comblés en un tour de main. «Des forces d'inertie œuvrent contre la stabilité du pays et espèrent toujours parvenir à une situation de chaos», a indiqué le Président Tebboune, relevant l'existence de complicités à l'intérieur de l'administration. Des enquêtes sont diligentées afin de faire toute la lumière sur des tentatives intentionnelles de blocage.  La société civile est le premier allié de l'Etat, d’où la nécessité de lui fournir tout le soutien et les facilités pour l’aider à mieux s'organiser. C’est une forte exigence que le président a réitérée maintes fois, ordonnant aux walis et aux élus locaux de soutenir les associations de la société civile qui souhaitent se structurer au niveau national ou régional. «J'insiste sur la société civile parce qu'elle est honnête», reconnaît-il.  Les efforts du gouvernement focalisent sur la prise en charge des besoins et des aspirations des citoyens. Pour cela, la question de la restauration de la confiance envers l’Etat est primordiale, ainsi que la consécration d’une société régie par la norme du droit. Un Etat qui ne soit pas celui de fonctionnaires travaillant en vase clos, ne devant leur promotion qu’à l’allégeance. Seuls les critères de compétence, de loyauté et de respect doivent prévaloir. Il y va, non seulement de la sauvegarde de la crédibilité des institutions mais également de l’adhésion, de l’implication des Algériens au processus de renouveau. 
M. Bouraib
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions