lundi 03 aot 2020 23:36:08

Journée mondiale contre l'hépatite : Accélérer l’élimination de la maladie chez la mère et l’enfant

La part des enfants de moins de 5 ans présentant une infection chronique par le virus de l’hépatite B (VHB) est passée à un peu moins de 1% en 2019 contre 5 % environ, à l’ère pré-vaccinale (années 1980, début années 2000) d’après de nouvelles estimations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

PUBLIE LE : 30-07-2020 | 0:00
D.R

La part des enfants de moins de 5 ans présentant une infection chronique par le virus de l’hépatite B (VHB) est passée à un peu moins de 1% en 2019 contre 5 % environ, à l’ère pré-vaccinale (années 1980, début années 2000) d’après de nouvelles estimations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).                  
Cette étape marque la réalisation de l’une des cibles pour l’élimination de l’hépatite virale figurant dans les objectifs de développement durable (ODD) et consistant à ramener la prévalence de l’infection par le VHB chez les enfants de moins de 5 ans à moins de 1 % d’ici à 2020, selon les estimations l'OMS, publiées à l'occasion de la Journée mondiale contre l'hépatite, célébrée le 28 juillet de chaque année.
«Aucun enfant ne devrait risquer de décéder plus tard du simple fait qu’il n’a pas été vacciné lorsqu’il était nourrisson. L’étape que nous venons de franchir signifie que nous avons fortement réduit le nombre de cas de lésion hépatique et de cancer du foie chez les générations futures», a déclaré le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.                                                       
«La prévention de la transmission de l’hépatite B de la mère à l’enfant est la stratégie centrale pour combattre la maladie et sauver des vies. Même au cœur de la pandémie de Covid-19, nous devons veiller à ce que les mères et leurs nourrissons aient accès aux services vitaux et notamment aux vaccinations contre l’hépatite B», a ajouté le chef de l'OMS.                           
A l’occasion de la Journée mondiale contre l’hépatite 2020, célébrée sous le thème «Pour un avenir sans hépatite», l’OMS appelle à l’action et à l’unité.              
Elle exhorte à redoubler d’efforts pour prévenir la transmission mère-enfant du VHB en dépistant les femmes enceintes, en administrant une prophylaxie antivirale à ceux qui en ont besoin, et en maintenant et  élargissant l’accès à la vaccination contre l’hépatite B et à la dose de naissance du vaccin. Dans la foulée de la propagation de la pandémie de nouveau coronavirus, l'OMS a indiqué sur son site officiel que la Covid-19 «menace» d’entraver les progrès.             
Selon une nouvelle étude de modélisation menée par l’Imperial College London en collaboration avec l’OMS, les perturbations que la pandémie entraîne sur le programme de vaccination contre l’hépatite B pourraient avoir de graves conséquences sur les efforts engagés vers les cibles de la Stratégie mondiale.
Selon l'Organisation onusienne de la santé, plus de 250 millions de personnes vivent avec une infection chronique par le VHB dans le monde. Les nourrissons sont particulièrement vulnérables : environ 90 % des enfants infectés par ce virus pendant leur première année de vie en deviennent des porteurs chroniques.                         
Le VHB, une inflammation du foie qui entraîne toute une série de problèmes de santé dont le cancer du foie, emporte près de 900.000 personnes chaque année, selon l'OMS.                                                        
Il existe cinq souches principales du virus de l’hépatite : A, B, C, D et E. Ensemble, les hépatites B et C sont la cause la plus fréquente de décès, avec 1,3 million de vies perdues chaque année. Au cœur de la pandémie de Covid-19, l’hépatite virale continue de tuer chaque jour des milliers de personnes, selon la même source.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions