lundi 03 aot 2020 23:48:30

Mali : Nouvelle offre de dialogue

En gage de bonne volonté, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a décidé de constituer un gouvernement restreint de six membres autour du Premier ministre, Boubou Cissé, chargé de la mission de négocier la formation d'un gouvernement d'union nationale, au moment où le Conseil de sécurité des Nations unies a appelé les parties maliennes à privilégier le dialogue pour sortir de la crise actuelle.

PUBLIE LE : 30-07-2020 | 0:00
D.R

En gage de bonne volonté, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a décidé de constituer un gouvernement restreint de six membres autour du Premier ministre, Boubou Cissé, chargé de la mission de négocier la formation d'un gouvernement d'union nationale, au moment où le Conseil de sécurité des Nations unies a appelé les parties maliennes à privilégier le dialogue pour sortir de la crise actuelle.

«Les membres du Conseil de sécurité ont exhorté les parties maliennes à suivre ces recommandations sans délai afin de surmonter les tensions, donner la priorité au dialogue et s'abstenir de tout acte susceptible d'alimenter les tensions et de menacer l'Etat de droit», a indiqué un communiqué des Nations unies. Le Conseil de sécurité a rappelé «l’importance de la mise en œuvre de l'accord de paix et de stabilisation du centre du pays», à l'issue d'une réunion à huis clos consacrée au Mali.
Emboîtant le pas au président malien, le Premier ministre Boubou Cissé a réuni mardi son équipe. Parmi ses missions, le règlement de la crise politique. Les membres du nouveau gouvernement restreint se sont réunis à la primature. Devant la presse, le Premier ministre malien a fixé l’objectif de son équipe. «La valeur ajoutée de cet exécutif restreint est de pouvoir négocier dans les meilleurs délais la sortie de crise», a fait valoir Boubou Cissé. L’équipe n’est pas encore complète et elle le sera bientôt, a poursuivi le Premier ministre. M. Cissé veut traduire sur le terrain les recommandations de la médiation de la Cédéao en faisant sauter les digues politiques et voir dans le gouvernement, à côté de la majorité, l’opposition réunie au sein du Mouvement du 5 juin. Pour y parvenir, il lui tend la main en affirmant qu’«ils sont attendus et même fortement désirés dans ce prochain attelage gouvernemental qui doit être incessamment mis en place». Pour ce faire, le Premier ministre s’est rendu chez l'imam Dicko, figure de proue de la contestation. Le chef du gouvernement lui a demandé de «s'impliquer pour que les acteurs du M5-RFP acceptent la main tendue du chef de l'Etat en rejoignant le gouvernement d'union nationale, en privilégiant le dialogue comme solution incontournable de sortie de crise». Pour les analystes, la proposition d’Ibrahim Boubacar Keita est une nouvelle offre de dialogue que l’opposition aura du mal à rejeter cette fois-ci. Car tenter un passage en force en bousculant la légitimité institutionnelle, c’est se discréditer auprès de la communauté internationale qui aura du mal à cautionner toute dérive constitutionnelle.
M. T.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions