mardi 20 octobre 2020 01:08:08

Nacer Eddine Chaouli à la salle El Mouggar : Un concert de haute facture

Les mélomanes de la musique andalouse ont assisté, dimanche soir, à la salle El Mouggar à un brillant concert, donné par l'artiste à la voix divine et prenante, Nacer Eddine Chaouli.

PUBLIE LE : 15-08-2011 | 23:00
Ph : Billal

Les mélomanes de la musique andalouse ont assisté, dimanche soir, à la salle El Mouggar à un brillant concert, donné par l'artiste à la voix divine et prenante, Nacer Eddine Chaouli.
C'est un Nacer Eddine timide, mais inégalable dans le chant hawzi que les mordus de ce genre de musique ont eu le plaisir de redécouvrir avec enthousiasme. Venu spécialement de France pour honorer quelques dates artistiques à l'occasion du mois de Ramadhan, d’ailleurs, c’est une  habitude pour lui d’être présent et de partager ces bons moments avec ses mélomanes. Chaouli a, comme à son accoutumée, séduit son public. Un public composé essentiellement de familles. Dès 22 h, les sièges de la salle El Mouggar ont été pris d'assaut par une foule nombreuse, représentant trois générations. Parmi les présents, on pouvait apercevoir de vieilles dames, qui se font toujours le plaisir d’assister à ses concerts, notamment, pour revivre les moments nostalgiques des « qaâdates algéroises ».  El Hadja Fethouma venue assister au récital résume bien l’avis de nombreuses spectatrices.  « Nous avons perdu le plaisir et le charme des soirées ramadhanesques que nous avions autrefois. Nous essayons de retrouver ce plaisir dans les concerts de chaâbi, de hawzi et d’andalou. Alors, c'est toujours avec plaisir que nous nous déplaçons pour assister à un concert de Chaouli. Il nous remémore le passé à travers ses magnifiques chansons », lance-t-elle avec un grand sourire.
A 23 h, l'orchestre prend possession de la scène. Les sept musiciens professionnels gratifient l'assistance d'une « touchia maya ». Un prélude à la soirée qui s'annonce chaude. Sitôt terminé, Nacer Eddine Chaouli quitte les coulisses pour se diriger vers son public. L'accueil sera des plus chaleureux. Des applaudissements forts pour saluer cet inconditionnel de la musique hawzi. A son tour, il salue l’assistance de la main. L’artiste confortablement assis sur son siège, souhaite la bienvenue au public « marhaba bikoum, saha ramdhankoum ». L’artiste entame son répertoire par un medh « ya men bi el awzar ». Les présents sont dès le départ envoûtés par cette musique savante. Suivront d'autres titres phares de sa carrière, tels que « Salou ya ibad elah ala chafiaâne Mohamed », « Achik Moudjadad », « Salam ala rassoul », « Ferhi ya rabi », « Ah ya moulay », « Belagh slami ya lwarchel », « Ala zina yama ». Mais c’est la célèbre chanson « El Bahdja » qui a sans conteste suscité émotion et déhanchements de l’auditoire, qui s’est donné à cœur joie à la danse. De temps à autre, Nacer Eddine Chaouli, avec la simplicité qu'on lui connaît, salue son public en lui disant : « Fi khatar h'babna ou s'hbna... Fi khatar shab el Assima ou shab Belcourt », son quartier natal. Sans marquer des temps d’arrêt, Chaouli est capable d’enchaîner plusieurs chansons, une manière de maintenir le rythme à la cadence voulu par le public. C’est une preuve que le chanteur se met à la disposition du public venu écouter du qcid mais aussi se défouler et danser avec des airs plus légers et plus rythmés.  Chaouli est aidé en cela par un orchestre professionnel. Cette parfaite entente entre l’orchestre et le chanteur ainsi que le talent indéniable de chaouli ont conféré à cette soirée un niveau de haute facture.
D’ailleurs, à la fin de cette performance, l’assistance a chaleureusement applaudi  les musiciens et la star de la soirée Nacer Eddine Chaouli
Kafia Aït Allouache
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions