lundi 28 septembre 2020 00:03:18

CRB, Frank Dumas : «J’aimerai bien qu’on reprenne, mais pas sans public»

«Les seules sorties que je m’autorise, c’est pour faire des courses.»

PUBLIE LE : 17-04-2020 | 23:00
D.R

L’entraîneur du CRB, Frank Dumas, envisage la fin du championnat sous deux angles diamétralement opposés. Le technicien, qui caracolait en tête du classement de la Ligue 1 au lendemain de la 22e journée, suppose une reprise du championnat,
mais pas sans public.

Il évoque sans le suggérer, d’autre part, l’hypothèse d’une fin de championnat avec validation du classement actuel. Le technicien en appelle à la bonne foi des présidents de clubs pour trouver un consensus. Pas sûr que cette dernière suggestion fasse l’unanimité auprès de tout le monde.

«Les seules sorties que je m’autorise, c’est pour faire des courses.»
 
Confiné à Alger depuis le début de la pandémie du Covid-19, l’entraîneur du CRB, Frank Dumas, a pris le temps de donner de ses nouvelles et celles de son groupe au micro de la chaîne web du club. «C’est un peu comme tout le monde. Rien d’extraordinaire. Les seules sorties qu’on s’autorise c’est pour faire les courses. Le reste du temps, on reste confinés à la maison. Tranquilles. Patients », rassure-t-il.

 «Les gens consentent un maximum d’efforts et prennent un minimum de risques.»

Habitué à sortir de temps en temps pour faire ses courses, le technicien a eu le loisir d’observer le comportement des Algériens durant cette crise sanitaire et n’a pas manqué de saluer le degré de conscience et de responsabilité des personnes dans la rue.  «Tout le monde est prêt à consentir des efforts, à prendre moins de risques. Quand j’ai eu l’occasion de sortir, j’ai remarqué que tout le monde a bien compris l’importance de respecter certaines règles. Tout le monde met des masques, respecte les distances de sécurité. Après, il est vrai que chacun a ses activités, ce qui rend la chose compliquée. Mais quand on met dans la balance sa santé et les risques encourus, le choix est vite fait ! ».

«Les joueurs ont leur programme de travail quotidiennement via WhatsApp.»

Question incontournable, comment gère-t-il les entraînements en ce temps de confinement. La réponse de Frank Dumas n’est pas forcément différente de ses confrères. Le technicien gère tout à distance. «On a l’application WhatsApp avec le staff et les joueurs. Tous les jours, ils ont le programme d’entraînement. Je pense sincèrement qu’ils le font. Après, c’est un peu compliqué du fait qu’il y en a ceux qui habitent des maisons et d’autres des appartements. Après, il est clair que dès qu’il y aura une date de reprise, on fera des tests physiques qui vont nous permettre en tant que staff de voir s’ils ont respecté effectivement les consignes».

«On privilégie le renforcement musculaire et le travail de  résistance.»

    Côté programme, confinement oblige, le travail est porté plus sur l’entretien physique en attendant éventuellement une reprise progressive des entraînements .«On fait pas mal de séances d’entraînement à la maison. En gros, c’est du  renforcement musculaire. On privilégie aussi le travail de course, mais on n’a pas trop le choix’ sauf s’il y en a ceux qui ont un tapis roulant dans leur appartement. On peut fair de la résistance. Il y a une relation de confiance qui fait qu’on leur donne tous les moyens pour rester le plus compétitifs possible. Après, c’est à eux de trouver les solutions et faire en sorte d’appliquer le programme ».

«Ce serait malheureux de finir la saison dans des stades vides.»
     
Alors que l’incertitude plane toujours sur la date d’une possible reprise, Frank Dumas a un avis bien tranché sur la question.
Le technicien est favorable, ou plus ou moins, à la reprise du championnat mais sous une certaine condition. «J’aimerai bien qu’on reprenne le plus tôt possible. Mais je ne voudrais pas qu’on reprenne sans nos supporters. Le sport c’est un partage, au-delà de l’aspect privé, tout le monde espère une réouverture. Ce serait malheureux de finir la saison dans des stades vides. Après, il y a plusieurs possibilité. Certains pays commencent à décréter une reprise progressive. En France, par exemple, la fédération de hand a décidé de valider le classement actuel.  Au-delà de la décision de la fédération, il faut qu’il y ait un compromis entre les présidents du moment qu’on parle ici de santé publique ».
Amar B.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions