samedi 26 septembre 2020 21:59:58

CONJONCTURE : Les défis de l’après COVID-19

La pandémie du Covid-19 qui a ébranlé les systèmes sanitaires mondiaux, même les plus performants, a également jeté son dévolu sur les économies, sans distinction aucune, en fragilisant les systèmes financiers planétaires.

PUBLIE LE : 15-04-2020 | 23:00
D.R
Une pandémie qui se révèle dévastatrice, en particulier pour les entreprises, les TPE/PME. Un effondrement sans précédent des marchés financiers, accentué par la crise économique déjà en place, et dont les effets seront certainement difficiles à surmonter pour l'ensemble du tissu économique mondial, notamment dans les pays vulnérables et en voie de développement.
 
Comme de nombreux pays, l'Algérie, qui ne déroge pas à la règle, subit frontalement l’impact de la chute des prix du pétrole avec comme conséquence directe d’importants déséquilibres financiers. Par conséquent, le pays aura à faire face aux conséquences de l’après-Covid-19, au plan économique en toute évidence, d’où l’urgence d’anticiper les risques sur les différends secteurs à même d’apporter les mesures qui s’imposent pour sauvegarder l’outil de production et l’emploi.
 
Il s’agit de mettre en place les mécanismes susceptibles d’atténuer les effets de la crise liée au coronavirus sur les plans économique et social, dans le cadre d’une stratégie concertée pour gérer la situation d'urgence imposée par la crise. En fait, l’issue à cette crise est tributaire de la conduite de la phase actuelle et des mécanismes qui seront mis en place en prévision de l'après-Covid-19. Conscientes des impacts, les autorités du pays ont pris les devants en anticipant des mesures de sauvegarde des entreprises et de l'outil de production en mettant en place des dispositions exceptionnelles, fiscales, parafiscales bancaires, et au niveau des marchés publics, pour aider et accompagner les entreprises en difficultés financières et dont l’activité est fragilisée et menacée à surmonter cette épreuve. Les concertations sectorielles, qui seront engagées par les membres du gouvernement, sur instruction du Premier ministre, Abdelaziz  Djerad, avec les organisations patronales et les syndicats pour évaluer la situation, et les éventuels impacts de la pandémie de Covid-19 sur l’entreprise et la vie économique, s’inscrivent, en fait, dans cette démarche qui consiste à contenir la crise.
 
L’initiative, lancée «en application des instructions du Président de la République», englobera ainsi l’ensemble des domaines d’activité, dans le cadre d’une large consultation avec les représentants du patronat algérien et des syndicats des travailleurs exerçant dans la sphère économique, «autour de la problématique de l’atténuation des effets induits par les mesures de prévention et de lutte contre le Coronavirus».
 
En effet, ces mesures de régulation, rendues nécessaires par la conjoncture, ont des conséquences directes sur la vie économique et l’emploi, d’où cet impératif de «solidarité nationale d’envergure» pour le maintien de l’activité économique et la sauvegarde de l’outil national de production et de réalisation et, en définitive, de l’emploi. Aussi, «l’effort commun devra s’orienter d’abord sur l’évaluation, par secteur d’activité, des impacts de la crise sanitaire sur la situation financière et de l’emploi des entreprises», note le Premier ministre.  Une concertation qui ne se limite pas à une situation d’urgence car elle est  appelée aussi à préparer la reprise de la croissance. Et c’est à ce niveau que se posent les défis de l’après-Covid-19.
 D. Akila
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions