samedi 26 septembre 2020 22:17:10

Kheireddine Barbari, président de LA fédération algérienne de cyclisme : «Contraints de reporter les championnats d’Afrique de VTT»

«Malgré le confinement, nos athlètes, notamment ceux des différentes équipes nationales, continuent de s'entraîner chez eux. Ils disposent d'un matériel spécial pour cela et sont en contact permanent avec leurs entraîneurs.

PUBLIE LE : 08-04-2020 | 23:00
D.R

«Malgré le confinement, nos athlètes, notamment ceux des différentes équipes nationales, continuent de s'entraîner chez eux. Ils disposent d'un matériel spécial pour cela et sont en contact permanent avec leurs entraîneurs.

Cela dit, l'entraînement à domicile reste une alternative seulement pour leurs permettre de maintenir la forme. Le cycliste a besoin d'avaler des kilomètres, de rythme et de concurrence pour être performant», nous a précisé le premier responsable de la fédération algérienne de cyclisme, hier au téléphone, en faisant le point sur l'activité de la discipline et les programmes de compétitions à l'heure du confinement. «Nous avons deux calendriers en ce qui concerne le vélo. Le premier est national et le second international. Nous sommes pratiquement à mi-saison. Sur le plan local, nous avons réalisé déjà trois manches de la coupe d'Algérie, à Batna, Biskra et Constantine. Il en reste deux. Nous avons aussi réalisé plusieurs tours régionaux et de wilaya. Les championnats nationaux, toutes catégories confondues, sont prévus pour le mois d'août. Nous attendons la fin du confinement pour reprendre la compétition et poursuivre le programme tracé pour la saison. Au niveau international, nous avons quatre grands événements. Nous devions organiser les championnats d'Afrique de VTT à Batna, le 15 avril. C'est une étape qui permet de gagner des points pour les jeux olympiques. Malheureusement, nous étions contraints de reporter cette compétition. Par la suite, nous avions l'organisation du grand tour international de la ville d'Alger. Au mois de juillet, nous avons le tour d'Algérie cycliste avec un départ le 3 d'Alger et une arrivée à Oran le 10 du mois. Sur place, nous organiserons aussi un grand tour international sur le parcours tracé pour les jeux méditerranéens. Cette programmation reste bien évidemment conditionnée par l'évolution de la crise sanitaire. Pour ce qui est des différentes compétitions organisées à l'étranger, la participation de nos athlètes ne peut se faire dans la mesure où tout est gelé pratiquement au niveau mondial», nous a déclaré le président de la FAC, Kheireddine Barbari, qui, pour rappel, est à la tête de la fédération depuis avril 2019 seulement, suite à la démission du président Mabrouk Kerboua. A propos de la participation algérienne aux Jeux Olympiques de Tokyo, le premier responsable de la fédération algérienne de cyclisme se félicite du fait que l'Algérie dispose déjà de trois billets pour cette manifestation sportive planétaire. «Jusqu'à aujourd'hui, nous avons obtenu trois places pour les JO, grâce bien évidemment au classement de l'Algérie à l'Africa tour. Nous avons deux places pour la course en ligne sur route et une place pour le contre-la-montre. On peut encore décrocher une quatrième place pour le VTT. Le championnat d'Afrique que nous allons organiser, après la pandémie, permet de comptabiliser des points dans le classement UCI. C'est une nouvelle discipline en Algérie, certes, mais nous restons confiants quant aux performances de nos athlètes», nous a indiqué notre interlocuteur, en soulignant toutefois : «En général, nous attendons toujours les deux derniers mois pour annoncer les noms des athlètes qui participent aux JO. Ceci pour être sûr de prendre les meilleurs et les plus en forme. Cela dit, il n'y a pas de secret. La hiérarchie est établie déjà. Sauf surprise de dernière minute ou blessures, notre choix est déjà fait, malgré le report des jeux. Pour la course en ligne, Reguigui et Laâgab représenteront l'Algérie à Tokyo. En ce qui concerne la course contre-la-montre, nous n'avons pas encore tranché. Nous voulons, cependant, donner la chance à un jeune espoir, afin de lui permettre de gagner en extérieur dans ce genre de compétitions. Il faut savoir que pour cette spécialité, le matériel fait la différence, en général. C'est un matériel excessivement cher. Au niveau de la FAC, nous avons un matériel relativement bon, mais qui est loin de rivaliser avec celui dont disposent les grandes nations dans la discipline. Nous avons saisi la tutelle pour l'acquisition d'un lot de matériel. Nous attendons la réponse.»
Redha M.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions