lundi 03 aot 2020 23:53:42

Abdelhakim Dib ( Président de la fédération Algérienne d'athlétisme) : «Les athlètes bloqués au Kenya sont pris en charge par notre ambassade»

Alors qu'elle s'apprêtait à accueillir la 22e édition des Championnats d'Afrique, du 24 au 28 juin prochain à Alger, la Fédération algérienne d'athlétisme a été contrainte de remporter cette compétition continentale.

PUBLIE LE : 03-04-2020 | 23:00
D.R

«Avec l'accord de la Confédération africaine, dont je suis aussi le vice président, nous avons décidé de décaler l'organisation des Championnats d'Afrique d'athlétisme pour mai 2021. Je pense que c'est la meilleure solution pour avoir une compétition de haut niveau et permettre à tous les athlètes d'avoir la meilleure préparation possible. Avec cette pandémie mondiale du Covid-19, les athlètes ont arrêté leur préparation pratiquement. De plus avec l'annulation des compétitions intermédiaires précédant les grands rendez-vous, les athlètes n'auraient pas l’occasion de se préparer convenablement et jauger leur niveau et leur état de forme. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les Jeux olympiques de Tokyo ont été reportés à l'année prochaine. D'ailleurs, pour ce qui est de l'athlétisme, toutes les compétitions ont été décalées d'une année», nous à déclaré le président de la Fédération algérienne d'athlétisme, Abdelhakim Dib, en enchaînant : «Pour ce qui est de la compétition nationale, nous avons répondu favorablement à la décision du ministère de la Jeunesse et des Sports de geler les activités sportives, dans le cadre de la lutte et la prévention contre le coronavirus. Nous avons la chance d'avoir pu terminer le mois dernier tout le programme de la saison concernant les cross et semi- marathon. Il ne reste que les compétitions en piste. Si la situation s'améliore et que le confinement est levé avant le mois de mai, on pourra organiser le championnat national durant le mois d'août.
À défaut, je pense que nous allons devoir déclarer la saison blanche. Les athlètes ont besoin de deux à trois mois pour se préparer convenablement.» À propos des athlètes qualifiés pour les Jeux olympiques, Abdelhakim Dib estime que toute leur préparation est à revoir. «Nous avons jusqu'à aujourd'hui quatre athlètes qualifiés pour les Jeux olympiques de Tokyo. Il s'agit de Toufik Mekhloufi (800 et 1500 m), Abdelmalik Lahoulou (400m haies), Billel Tabti (3000m steeple) et Mohamed Tahar Triki (triple saut). Mekhloufi se trouve actuellement en Afrique du Sud depuis trois semaines pratiquement. Il avait entamé un stage de préparation de deux mois. À présent que l'Afrique du Sud a décrété le confinement et les jeux olympiques sont reportés, il souhaite rentrer. Il attend la moindre opportunité pour regagner le pays. A défaut de pouvoir s'entraîner normalement, il s'ennuie. Les trois autres sont ici en Algérie. Ils continuent de s'entraîner grâce à l'autorisation du MJS pour les athlètes qualifiés au JO. Seulement, tout leur programme est à revoir. Les objectifs changent. C'est tout à fait normal», nous a déclaré notre interlocuteur, avant d'aborder la question des athlètes bloqués depuis plusieurs jours au Kenya. «Nous avons quatre athlètes, dont Andenouz et moula, ainsi que leur coach Amar Benida, qui se trouvent actuellement au Kenya. Ils étaient partis là bas pour un stage de préparation de deux mois, dans le cadre des championnats d'Afrique et des jeux méditerranéens entre autre. Malheureusement, juste au moment, le 15 mars dernier, où ils devaient regagner le pays, tous les vols commerciaux ont été annulés. Nous avons donc sollicité le ministère des Affaires étrangères, qui a pris attache avec l'ambassade d'Algérie au Kenya pour les prendre en charge, en attendant la reprise des vols. Le problème est résolu grâce aux MAE que je remercie au passage».
Entretien réalisé
par Redha Maouche

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions