vendredi 18 septembre 2020 17:30:51

Le crédit "Ettahadi" peut atteindre 200 millions de dinars, selon le P-DG de la BADR : Défi à relever

Le crédit bonifié Ettahadi, un financement bancaire décidé dernièrement par les autorités publiques pour relancer le secteur de l'agriculture, peut atteindre 200 millions de dinars, a indiqué hier le PDG de la BADR, M. Boualem Djebbar.

PUBLIE LE : 23-05-2011 | 18:14
D.R

Le crédit bonifié Ettahadi, un financement bancaire décidé dernièrement par les autorités publiques pour relancer le secteur de l'agriculture, peut atteindre 200 millions de dinars, a indiqué hier le PDG de la BADR, M. Boualem Djebbar. "La limite de 200 millions de dinars sera accordée aux concessionnaires bénéficiaires d'exploitations de plus de 10 hectares", a précisé à l'APS, le PDG de la Banque de l'agriculture et du développement rural. Le crédit, tel que retenu en février dernier par le Conseil des ministres, portait sur un million de dinars par hectare pour les nouvelles exploitations d'élevage ne dépassant pas 10 hectares. Au-delà de ce montant plafonné de 200 millions de dinars, les porteurs de  projets sont libres de négocier leurs crédits dans le cadre des crédits classiques, a ajouté M. Djebbar. Ce crédit d'investissement n'est accordé qu'aux projets approuvés par l'Office national des terres agricoles (ONTA) et retenus dans le cadre de  la mise en valeur des terres agricoles, précise encore le dirigeant de la BADR. Les investisseurs doivent aussi fournir un cahier des charges validé par l'ONTA et détenir également un titre de propriété ou de concession. La durée de ce crédit est fixée en fonction de la période de la maturité de chaque projet. Elle peut être à moyen terme (jusqu'à 7 ans) et bénéficie  dans ce cas des avantages de la bonification comme elle peut être à long terme  (jusqu'à 15 ans). Mais lorsque Ettahadi est accordé pour une durée à long terme, le bénéficiaire perd les avantages de la bonification du taux d'intérêt, souligne M. Djebbar. Selon les précisions de ce responsable, le crédit sera octroyé à taux  bonifié à 100% pendant les trois premières années, mais à partir de la quatrième année et jusqu'à la cinquième année, le taux d'intérêt sera de 1%. Ce taux augmentera à 3% de la sixième à la septième année, date à partir de laquelle le bénéficiaire supportera l'intégralité du taux d'intérêt. Résumant les actions ciblées par Ettahadi, M. Djebbar a indiqué qu'il  va notamment financer la création, l'équipement et la modernisation de nouvelles  exploitations agricoles et d'élevage et renforcer les capacités de production  de celles existantes ou insuffisamment valorisées. En général ce crédit va aider à apporter des solutions de financement  pour les investisseurs qui désirent intensifier, transformer, et valoriser les produits agricoles et d'élevage, poursuit le PDG. "La BADR a aussi intégré pour ce crédit les industriels fédérateurs afin de permettre à un nombre important d’agriculteurs qui gravitent autour de plusieurs filières agroalimentaires de bénéficier de financements", souligne à ce propos ce responsable.

  • Publié dans :
  • BADR
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions